Charles Consigny de retour aux «Grandes Gueules» sur RMC: «C'est une émission qui offre une très grande liberté d'expression»

Charles Consigny de retour aux «Grandes Gueules» sur RMC: «C'est une émission qui offre une très grande liberté d'expression»

Tvmag Le 2020-07-06  Source

L'avocat et écrivain interviendra dans le talk-show deux fois par mois pour faire «entendre [sa] voix dissonante».

Hasard du calendrier ou pas, le lendemain de la dernière d'«On n'est pas couché», Charles Consigny a annoncé son retour la télévision. Un an après avoir quitté le talk-show présenté par Laurent Ruquier sur France 2 pour «être avocat 100 %», celui-ci a décidé de revenir aux «Grandes Gueules» sur RMC. «La période est très particulière, le politiquement correct a repris une vigueur inattendue, la censure va bon train et des échéances électorales assez déterminantes arrivent, un ensemble qui fait que j'ai accepté la proposition des "Grandes Gueules" de revenir de temps en temps», a-t-il déclaré nos confrères du Parisien .

Une émission qu'il connaît bien pour s'y être fait un nom après y avoir régulièrement participé de 2014 2018. «Je ne me suis pas posé la question. Ils me l'ont proposé, j'ai accepté. C'est une émission que je trouve bon esprit et qui offre une très grande liberté d'expression. Je ne redeviens pas chroniqueur: les intervenants des "Grandes Gueules" représentent toute la société», a ajouté l'avocat et écrivain.

» LIRE AUSSI - «On n'est pas couché»: qui est Charles Consigny, le nouveau polémiste de Laurent Ruquier?

À raison de «deux fois par mois», Charles Consigny compte bien faire «entendre [sa] voix, un peu dissonante». «Je me suis aperçu que je ne pouvais pas m'empêcher de tweeter. J'ai pu trouver, et je trouve encore, les médias, les émissions vulgaires et s'apparentant parfois une forme de cirque, ce qui a pu m'éloigner de tout cela. Mais, cela fait maintenant près d'une dizaine d'années que je participe au débat public, c'est dommage de ne pas continuer. L'avocat doit participer la vie de la cité. Ne serait-ce que parce que les modes médiatiques ont aussi une résonance dans les enceintes judiciaires», a-t-il expliqué.

Nous vous recommandons