Chenonceau, le charme à l'état pur sur RMC Découverte

Retour sur l'histoire architecturale du château qui vient de rouvrir ses portes au public.

Comment ce qui était à l'origine une simple forteresse médiévale s'est-elle transformée en l'un des plus beaux joyaux du Val de Loiré Alors que le château de Chenonceau vient de rouvrir ses portes au public le week-end dernier, le documentaire de Grégory Balga et Thierry Fessard, diffusé ce soir sur RMC Découverte, revient avec brio sur l'histoire architecturale du palais construit sur le Cher. Une demeure placée sous le signe des femmes, marquée à jamais par l'empreinte de Diane de Poitiers et Catherine de Médicis.

C'est en 1513, quand Thomas Bohier, un financier récemment anobli, achète les lieux, que l'histoire du château que nous connaissons aujourd'hui commence. Aves son épouse, Katherine Briçonnet, qui supervise les travaux, il décide de raser la bâtisse du Moyen ge située au bord de l'eau et de construire, carrément sur le Cher, ce qu'on appelle toujours le logis Bohier.

Rivalités royales

Résolument moderne, c'est un carré presque parfait. Encadré par quatre tourelles, il n'a pas de cour intérieure et ses façades, percées de nombreuses fenêtres, laissent généreusement passer la lumière dans les pièces. Mais Thomas Bohier fait partie de ces financiers qui font l'objet d'une enquête pour avoir confondu les caisses de l'Etat avec les leurs. Après sa mort en 1524, son fils est contraint de vendre le palais à François Ier. En 1547, le fils de ce dernier, Henri II, offre le château de Chenonceau à sa maîtresse Diane de Poitiers.

Celle-ci jette sur le Cher un élégant pont posé sur cinq arches et crée de somptueux jardins. Mais en 1559, HenriII meurt et la favorite tombe en disgrâce. La veuve du roi, Catherine de Médicis, évince sa rivale en récupérant pour elle-même Chenonceau. Bien décidée à faire de son palais une demeure royale capable d'accueillir la Cour, elle installe sur le pont la fameuse galerie à double niveau qui fait le charme indéfinissable de Chenonceau.

» (...)

Nous vous recommandons