Christian Quesada en colère : il répond aux accusations d'un documentaire

Condamné en avril 2019 à trois ans de prison pour corruption de mineurs et détention d'images pédopornographiques, Christian Quesada est sorti du silence. Dans une lettre envoyée depuis la prison de Bourg-en-Bresse à Guillaume Genton, producteur de deux documentaires sur l'affaire Quesada qui avaient été diffusés sur C8, l'ex-maître de midi a souhaité répondre aux accusations qui avaient été faites dans le documentaire intitulé Christian Quesada : nouvelles révélations sur le champion déchu. Dans ce dernier, des victimes présumées avaient apporté leur témoignage, tout comme un homme qui se présentait comme un ami d'enfance. Celui qui avait souhaité rester anonyme expliquait alors : "Il se mettait sur le balcon et il se branlait. J'avais ma s...ur qui passait en vélo et d'autres gamins, gamines et puis c'était 'Oh la la, il montre son zizi.'"

Dans le cadre d'un droit de réponse, Guillaume Genton avait envoyé un courrier à l'ex-star des 12 coups de midi afin qu'il donne sa version des faits. Ainsi, c'est dans une lettre de deux pages que Christian Quesada s'est confié, affirmant que les différentes enquêtes n'étaient pas conformes à la réalité des faits. Mercredi 16 septembre 2020, c'est sur le plateau de Touche pas à mon poste que le producteur du documentaire a révélé les passages forts de cette lettre. On peut ainsi lire : "Pensez-vous réellement que je vais consacrer du temps à quelqu'un travaillant pour une chaîne où depuis quinze mois vous n'avez de cesse de manier lynchage médiatique, insultes, diffamation pure et simple, et pire, calomnie, à mépris de la plus élémentaire présomption d'innocence ?" Face aux accusations, Guillaume Genton a expliqué qu'il n'avait pas pris en compte tous les témoignages pour les besoins de son documentaire, mais que certains ne laissaient pas la place au doute. Notamment les clichés de son sexe qu'il envoyait à des jeunes filles à partir de son compte Instagram officiel...

"Un procès cathodiqueplusvirulent que pourFourniret,LelandaisouAbdeslam"

En colère, Christian Quesada a ensuite accusé la chaîne de course au buzz et d'acharnement médiatique : "Je vous rappelle que les faits pour lesquels j'ai été interpellé sont certes graves, condamnables (et donc condamnés) mais cela reste des délits, passibles de la correctionnelle, qui, par un aveuglement haineux (motivé par une course au buzz) se sont transformés en un procès cathodique plus virulent que pour Fourniret, Lelandais ou Abdeslam." Si Cyril Hanouna avait accueilli à de nombreuses reprises l'ex-star des 12 coups de midi, il en a également pris pour son grade : "Vous remercierez cependant votre patron (Cyril Hanouna) pour cette phrase collector (à propos de Michel Cymes) : 'Je suis contre l'acharnement médiatique !' NON MAIS LOL QUOI !" Enfin, Christian Quesada a partagé dans sa lettre : "Comment peut-on tolérer (et donc cautionner) que sur votre plateau, certains de vos collègues, demandent la peine de mort, ou, 20 ans de réclusion criminelle, sans qu'à aucun moment quelqu'un n'intervienne pour ramener à la maison ces invraisemblables divagations." Suite à ces propos, l'équipe qui a travaillé sur le documentaire en question a renvoyé un courrier à Christian Quesada.

Inscrivez-vous à la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Nous vous recommandons

People

La chanteuse Juliette Greco est morte à 93 ans

Telestar

People

Line Renaud : "J'ai survécu à un AVC"

Parismatch