Crimes parfaits sur France 3: autopsie doeun succès

À quoi tient la réussite de cette collection d'enquêtes policières de France 3 dont deux épisodes inédits, avec Antoine Duléry et Elisa Ruschke, sont diffusés ce soir?

Plus de 5 millions de téléspectateurs pour le lancement de Crimes parfaits avec le duo Isabelle Gélinas - Arthur Mazet en décembre 2017. Idem en janvier 2018 pour la première aventure d'Antoine Duléry et Elisa Ruschke. Plus de 4 millions pour un autre inédit en décembre 2019 avec Philippe Caroit et Garance Thenault (3,8 millions pour sa rediffusion le 23 juin dernier). C'est peu dire que la collection de France 3 est un succès!

Sur le papier, la formule ne brille pas pour son originalité. Un polar, genre préféré des Français. Un gimmick la Columbo avec un meurtrier identifié dès les premières scènes. Des enquêteurs - un homme et une femme - en mode antagoniste. Et une région mise en avant pour la caution patrimoniale de la Trois.

» LIRE AUSSI - Antoine Duléry enquête dans Crimes parfaits: «J'aime être bousculé par les jeunes acteurs»

La simplicité même de la proposition serait la clé du succès pour Ivan Sadik, producteur des deux épisodes diffusés ce soir. «Nous mettons les téléspectateurs dans le secret des dieux, puisqu'ils connaissent le coupable et ils savourent la façon ludique dont il va être coincé! L'écriture et la dramaturgie n'en sont pas moins complexes: le public a un temps d'avance par rapport aux enquêteurs, celui-ci ne doit donc pas trop s'étirer», explique-t-il.

La fiction ne manque pas de rythme en effet, et celui-ci est notamment lié au format de 52 minutes. À l'humour, la fantaisie aussi. Point de gendarmerie, de supérieurs, de procédure ou d'expertise, le scénario prend des libertés, des chemins de traverse et se concentre sur l'essentiel, ses personnages.

«Faille émotionnelle»

Nous vous recommandons