Dakar Fashion Week en mode science-fiction

Dakar est l'un des bastion de la mode en Afrique depuis que le créateur et entrepreneur sénégalais Adama Paris a lancé la Semaine de la mode de Dakar en 2002. Cette année, elle a également invité le designer américain Mickey Freeman, vu plus haut, ajouter sa touche spéciale ses créations.

Des designers renommés et de nouveaux talents - comme la reine Tawa (en haut gauche) - faisaient partie du line-up. Jeune chanteuse du Congo-Brazzaville, Queen Tawa a récemment lancé son label Liputa Swagga - un spectacle afro-futuriste son meilleur.

L'allure de ses créations a certainement impressionné le public, qui s'est mis applaudir et applaudir lorsque les mannequins ont marché sur le podium. Elle a dit la BBC que les épaules étaient comme des ailes : «Je rêve souvent que je m'envole, c'est ce qui m'inspire, mes rêves - voler et léviter.»

D'autres créateurs qui lancent leurs nouvelles collections viennent du Cameroun, du Ghana, de Côte d'Ivoire, du Kenya, du Maroc, du Mozambique, du Maroc, du Niger, mais aussi de talents locaux comme Rama Diaw, dont une des créations est présentée ci-dessus.

Des moments de joie et d'excitation se sont manifestés en coulisses lors de la dernière journée de l'événement, qui s'est avéré un succès auprès de ceux qui sont venus au Sénégal pour découvrir des pièces «Made in Africa».

Ici, des mannequins attendent dans les coulisses des tenues des Soeurs de l'Afrika d'une marque de mode sénégalaise, créée en 2013 dans le but de créer des modèles colorés pour les femmes de toutes les formes.

Au cours de la semaine, il y avait un large éventail de modèles, des tenues simples et élégantes aux robes exclusives et uniques. Ici, un designer, un styliste et un assistant aident un mannequin se préparer pour la scène.

Les créations et spectacles préférés ont été photographiés, filmés et partagés sur les médias sociaux en utilisant le hashtag #dakarfashionweek2019.

Le lieu était une excellente occasion de promouvoir les meilleurs tissus et accessoires d'Afrique, y compris ce corset de la marque de mode kenyane Moyo By Bibi.

Des tenues de style occidental étaient également exposées.

Des dizaines de coiffeurs et maquilleurs ont également travaillé 24 heures sur 24.

L'activité frénétique en coulisses contraste parfois avec des moments d'attente nerveuse.

Une mannequin s'est rendue sur le podium en portant un modèle de la marque sénégalaise So' Fatoo, fondée par Fatima Zahra Ba, qui a baptisé sa société de mode du nom de sa grand-mère Fatou Sow.

Et la mannequin sénégalaise Alima Diop a séduit le public le dernier soir dans un design éclectique de la maison de couture locale Al Gueye.

Nous vous recommandons