Démission collective, "agissements opaques", polémique Polanski... Ce qu'il faut savoir sur la crise des César

Malaise au dîner des révélations, retour de la polémique Polanski et tribune au vitriol: la fronde visant la direction des César s'est développée en trois temps depuis le début de l'année.

Acte 1: malaise au dîner

13 janvier: les César organisent leur traditionnel dîner des révélations en lice pour les nominations des espoirs féminins et masculins.La tradition veut qu'ils soient "parrainés" par des acteurs ou réalisateurs de premier plan.

La Société des Réalisateurs de Films (SRF) s'indigne que l'Académie ait refusé deux marraines, la romancière Virginie Despentes et la réalisatrice Claire Denis, estimées par les organisateurs pas assez légitimes et médiatiques. Le syndicat dénonce "des agissements opaques et discriminatoires indignes".

Au cours de la soirée, plusieurs réalisateurs et acteurs, dont Michel Hazanavicius, Cédric Klapisch et Marina Foïs, relaient les protestations de la SRF, refusant "qu'il y ait des artistes désirables et indésirables". L'Académie des César présente immédiatement des excuses.

Acte 2: et Polanski revient

Au Fouquet's le 29 janvier, le président des César Alain Terzian dévoile les nommés pour la 45e cérémonie du 28 février: J'accusede Roman Polanski, dont la sortie a été perturbée par une nouvelle accusation de viol contre le réalisateur, mène les nominations en course pour douze prix. L'Académie "n'est pas une instance qui doit avoir des positions morales", souligne Alain Terzian....

Nous vous recommandons