Des jumelles atteintes d'un cancer du sein à trois mois d'intervalle: "Je pensais qu'il était impossible que la foudre frappe deux fois"

Des jumelles atteintes d'un cancer du sein à trois mois d'intervalle: "Je pensais qu'il était impossible que la foudre frappe deux fois"

Closermag Le 2019-04-15  Source

A seulement 32 ans, les médecins ont diagnostiqué un cancer du sein à Ashley Huffman en novembre 2018. Cette Américaine a donc décidé de se soumettre à des tests génétiques et a appris qu'elle avait une mutation qui lui donnait un risque de développer la maladie à 70 %. Les docteurs ont ensuite recommandé à sa jumelle, Danielle Jones, de subir le même test. En février 2019, elle a passé une mammographie pour se rassurer. Mais le diagnostic était le même. C'est d'ailleurs cette maladie qui a emporté leur grand-père et qui a touché leur maman, avant qu'elle n'entre en rémission.

"J'étais terrifié, j'avais peur, se souvient Ashley Huffman au Daily Mail. Je ne voulais pas que mon fils grandisse sans sa mère." En janvier dernier, elle a subi une double mastectomie : "C'est une décision que j'ai prise tout de suite car cela réduisait mon risque de rechute de 60 % et je ne voulais plus y revenir". Une décision pourtant difficile pour elle. "Je pense que pour moi, c'était une question de confiance en soi, explique-t-elle. Vous pensez que votre mari ne vous regardera pas de la même façon - ce qu'il n'a pas fait, il a été fantastique - mais c'est une bataille interne contre laquelle je me suis battu." Pendant 20 semaines, elle devra suivre une chimiothérapie puis une radiothérapie.

"Je pensais qu'il était impossible que la foudre frappe deux fois", confie Danielle Jones au Daily Mail. Contrairement à sa s...ur, elle a été diagnostiquée d'un cancer encore très précoce mais a également dû se faire enlever les deux seins. Avec le fort risque de contracter un cancer des ovaires par la suite, elles ont ensuite décidé de se les faire retirer. Et c'est ensemble qu'elles ont trouvé la force de lutter. "La dernière chose que vous voulez voir, c'est votre meilleure amie qui lutte contre cela, mais j'étais aussi reconnaissante qu'elle m'ait permis de me trouver à travers toute cette affaire, explique l'une d'elles. Elle avait déjà traversé ça pour que je puisse lui demander si c'était normal ou pas et elle avait les réponses, ce qui me donnait la tranquillité d'esprit."

Nous vous recommandons