Elizabeth II : pourquoi la reine va devoir se serrer la ceinture

La famille royale britannique souffre également de la crise financière entraînée par le coronavirus. Selon les informations relayées par le site Harpers Bazaar, la reine Elizabeth II va devoir serrer la ceinture de son Palais. En effet, les derniers comptes royaux ont révélé que la monarchie souffrirait d'un déficit estimé 44,5 millions de dollars en raison des pertes liées la crise du coronavirus. Une conséquence due la forte baisse du tourisme dans le pays. En effet, le manque de touristes dans les résidences royales devrait faire perdre pas moins de 6,3 millions de dollars, pendant au moins les trois prochaines années. "En répondant ces deux défis financiers, nous n'avons pas l'intention de demander des fonds supplémentaires et chercherons gérer l'impact grâce nos propres efforts et notre efficacité", a expliqué Sir Michael Stevens, trésorier de la reine.

Alors que les pertes vont être très importantes, la reine Elizabeth II n'a pas demandé une aide financière supplémentaire. Elle continue simplement de percevoir les mêmes 110 millions de dollars de la subvention souveraine l'année prochaine. En revanche, le gouvernement britannique pourrait compléter le revenu de la grand-mère des princes William et Harry.

Les contribuables ont découvert comment la royauté utilisait son argent

Le détail des dépenses de la famille royale a été dévoilé dans le rapport annuel des subventions. Ainsi, les contribuables ont pu découvrir comment la royauté dépensait son argent. Et autant dire qu'ils n'ont pas été ravis d'apprendre que le très controversé prince Andrew se soit rendu, pour son loisir personnel, l'Open Golf Championship dans l'île du Nord en utilisant un vol privé, alors qu'il y avaient des vols commerciaux qui volaient le même jour. L'événement sportif de septembre 2019 s'est donc déroulé deux mois avant qu'il ne soit contraint de démissionner de ses fonctions royales.

Inscrivez-vous la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Nous vous recommandons