Emily Ratajkowski accuse un photographe d'agression sexuelle

Emily Ratajkowski accuse un photographe d'agression sexuelle

Parismatch Il y'a 2 semaines  Source

Dans une tribune rédigée pour le site The Cut du «New York Magazine», Emily Ratajkowski a accusé un photographe, Jonathan Leder, de l'avoir sexuellement agressée lors d'un shooting en 2012.

Emily Ratajkowski s'exprime pour dénoncer une agression sexuelle qu'elle aurait subie. Dans une tribune publiée le 15 septembre 2020 pour le site The Cut du «New York Magazine», le mannequin de 29 ans accuse le photographe Jonathan Leder. Les faits se seraient produits en 2012 lors d'un shooting organisé au domicile de l'artiste dans les Catskills, au nord de New York. Emily Ratajkowski était alors âgée de 20 ans.

Dans son témoignage, le top a expliqué qu'elle en était encore au début de sa carrière et qu'elle multipliait les shootings pour élargir son portfolio. Son agent, une femme avec laquelle elle bossait déj depuis deux années, lui avait donné les indications pour se rendre chez Jonathan Leder, expliquant qu'elle serait logée pour la nuit au domicile du photographe et que celui-ci prendrait sa charge le coût des transports. Les photos, de nu ou en lingerie, étaient prévues pour paraître dans un magazine, «Darius». «J'avais été photographiée nue quelques fois auparavant, toujours par des hommes. De nombreux photographes et agents m'ont dit que mon corps était l'une des choses qui me permettait de me démarquer parmi mes pairs. Mon corps était comme superpuissance. Pourtant, la seconde où j'ai laissé tomber mes vêtements, une partie de moi s'est dissociée. J'ai commencé flotter en-dehors de moi...», écrit-elle.

Emily Ratajkowski explique qu'elle avait été dans un premier temps «soulagée» en découvrant chez Jonathan Leder la présence d'une maquilleuse qui est restée avec eux au cours des premières heures. Celle-ci s'est finalement retirée tard dans la soirée pour aller dormir. Elle relate une soirée de travail où les verres de vin rouge se sont enchaînés. «Je n'avais aucune idée de l'heure laquelle la maquilleuse a annoncé qu'elle partait se coucher. (...) Je lui en voulais d'être partie, mais je ne voulais pas m'avouer que sa présence avait fait une différence. Je peux le gérer seul, ai-je pensé. (...) Je me sentais bien éveillée, bien que très, très ivre. La chose suivante dont je me souviens, c'est d'être dans le noir. Les lumières jaunes étaient éteintes et j'avais froid, j'étais tremblante et blottie sous une couverture. Jonathan et moi étions sur son canapé, et la texture rugueuse de son jeans frottait contre mes jambes nues. (...) La plupart de ce qui est venu ensuite est flou, sauf pour ce que j'ai ressenti. Je ne me souviens pas qu'on se soit embrassé, mais je me souviens que ses doigts étaient soudainement l'intérieur de moi. (...) ...a faisait vraiment, vraiment mal. J'amena instinctivement ma main son poignet et retirais ses doigts de moi avec force. Je n'ai pas dit un mot. Il se leva brusquement et se précipita silencieusement dans l'obscurité en haut des escaliers. (...) Mon corps était douloureux et fragile, et je n'arrêtais pas de caresser des parties de moi-même avec le dos de ma main - mes bras, mon ventre, mes hanches - peut-être pour les calmer ou peut-être pour m'assurer qu'ils étaient toujours l, attachés au reste de moi. Un mal de tête intense a commencé me frapper les tempes et ma bouche était si sèche que je pouvais peine la refermer. Je me suis levée avec précaution, pressant mes pieds nus contre le plancher. J'ai monté les escaliers en bois et dans la pièce où nous avions shooté au début de la nuit, puis je me suis allongée sur les draps fins et fleuris. J'ai frissonné de manière incontrôlable. J'étais la fois confuse quant la raison pour laquelle Jonathan était parti sans un mot et terrifiée l'idée qu'il revienne», a-t-elle écrit. Le lendemain, Emily Ratajkowski dit avoir peine décroché un mot Jonathan Leder, qui lui a simplement proposé du café. Elle est ensuite repartie pour rentrer New York. «Ce n'est que lorsque je me suis assise dans le bus en direction de la ville que j'ai réalisé que Jonathan ne m'avait pas remboursé les trajets», a-t-elle ajouté.

Des années plus tard, Jonathan Leder a publié les photos qu'il avait prises de Emily Ratajkowski dans un livre. Elle affirme n'avoir jamais donné son autorisation pour qu'il puisse faire cela, dit-elle, prenant ses dispositions pour qu'il retire les photos. Pour des raisons légales, elle n'est jamais parvenue obtenir gain de cause. Jonathan Leder a même publié plusieurs autres livres comprenant des photos d'elle. Dans sa tribune, Emily Ratajkowski a aussi évoqué une réaction sordide de Jonathan Leder. «(Lorsque le journaliste avec lequel j'ai travaillé sur cette histoire a contacté Jonathan pour vérifier les faits au sujet de ce qui s'était passé cette nuit-l après le shooting, il lui a dit que mes allégations étaient "trop farfelues et enfantines pour y répondre." Il a ajouté : "Vous savez de qui nous parlons, pas vrai ? C'est la fille qui (...) sautait toute nue dans la vidéo de Robin Thicke la même époque. Vous voulez vraiment que quelqu'un croie qu'elle était une victime ?"», aurait-il dit.

Auprès de «Page Six», Jonathan Leder a démenti mardi les accusations portées par Emily Ratajkowski. «Nous sommes tous profondément troublés de lire les dernières (fausses) déclarations de Mme Ratajkowski NY Mag dans sa recherche incessante de presse et de publicité. Bien sûr, M. Leder nie totalement ses allégations scandaleuses d'"agression". Il est grotesque et triste qu'elle soit si vindicative en mentant de cette manière la presse régulièrement. Elle sait qu'elle n'a aucun recours légal pour l'empêcher de publier ses photos, donc (encore) parler mal du photographe avec des accusations salaces semble être sa nouvelle réponse. C'est dommage, car les photos sont vraiment puissantes et elles sont aimées par tant de ses fans», a-t-on déclaré.

Nous vous recommandons