Emmanuel Macron: cette faille de l'enfance qui explique son comportement

En ce lundi 15 avril, Emmanuel Macron s'adressera aux Français afin de clôturer le Grand débat national. Pour l'occasion, un psychanalyste s'est penché sur la personnalité de notre chef de l'Etat. Et pour lui cela ne fait pas de doute: le Président a un grand besoin de plaire.

Emmanuel Macron n'a pas seulement envie de gouverner, il voudrait aussi «être aimé». C'est ce qu'affirme le psychanalyste Michel Schneider dans une longue enquête du Journal du dimanche. Elu le 7 mai 2017 avec 66,10% des suffrages, le leader de 41 ans fait face une crise sans précédent. Depuis presque cinq mois, les Gilets jaunes se réunissent chaque samedi pour manifester contre sa politique. Une révolte populaire laquelle le mari de Brigitte Macron a répondu par la mise en place d'un Grand débat national. Ce lundi 15 avril, il en donnera d'ailleurs ses conclusions lors de son passage télévisé diffusé 20 heures.

Pourquoi Emmanuel Macron veut tant se réconcilier avec les Français

Par cette grande opération de reconquête des Français, Emmanuel Macron n'espère pas seulement gagner quelques points dans les sondages, sa cote de popularité est 29% selon une enquête BVA pour RTL. Ce qu'il souhaiterait surtout, c'est ressentir de nouveau qu'il est aimé. Car si l'on en croit le psychanalyste Michel Schneider, le successeur de François Hollande aurait «un besoin absolu de séduire». «Apparemment mal aimé dans sa famille, il a souffert d'un rejet de la part de la bonne société locale ( Amiens) en raison de sa liaison scandaleuse avec celle qui est devenue sa femme. Ce besoin absolu de séduire par la parole et cet appel répété la reconnaissance révèlent, sinon une faille narcissique, du moins une fragilité», affirme l'expert dans les colonnes du JDD.

â...... Brigitte et Emmanuel Macron: pourquoi François Hollande leur a collé une grosse «frayeur»

«Il a très mal vécu d'être détesté et surtout de ne pas être reconnu pour ses mérites», poursuit Michel Schneider, selon qui le Grand débat national serait, plus qu'une réponse la détresse des Français, un appel l'aide de notre chef de l'Etat. «C'est une sorte de psychanalyste qui dirait son patient "Je vous écoute" en pensant "écoutez-moi" (...) Monopoliser la parole pendant quatre-vingt-douze-heures n'est pas un signe de force mais de faiblesse», analyse de manière très frontale le spécialiste. Le but ultime d'Emmanuel Macron' Prouver tous «qu'il est le meilleur de la classe politique».

Nous vous recommandons