Guy Bedos : la déchirante et touchante lettre d'adieu de sa fille Victoria

Guy Bedos : la déchirante et touchante lettre d'adieu de sa fille Victoria

Closermag Le 2020-06-04  Source

La famille est en deuil... Jeudi 28 mai 2020, c'est le c...ur lourd que Nicolas Bedos annonçait via son compte Instagram la mort de son père, Guy Bedos, l'âge de 85 ans. Alors que les hommages au comédien s'étaient multipliés et que de nombreuses stars s'étaient manifestés, c'est de manière discrète que sa fille, Victoria Bedos lui avait adressé un message. Sur Instagram, la jeune maman avait partagé : "Au revoir mon père adoré", accompagné d'un cliché en noir et blanc de Guy Bedos.

Alors qu'une cérémonie aura lieu ce jeudi 4 juin 2020 14h30 l'église Saint-Germain-des-Prés, "quartier qu'il arpenta avec joie", précisait Nicolas Bedos, sa s...ur, Victoria, a partagé une déchirante et touchante lettre d'adieu son papa dans le dernier numéro de Paris Match. La comédienne de 37 ans a ainsi confié : "Mon père préféré, l'heure où je t'écris, je suis allongée dans ton lit, je porte ton eau de Cologne Roger Gallet et j'ai mis un de tes pulls en cachemire, le rose poudré, col V, qui t'allait si bien. Dehors, il fait chaud, c'est presque l'été, mais j'ai froid, si froid de toi. Aussi froid que toi quand je suis venue te voir au funérarium, hier après-midi, et que j'ai posé un baiser sur ton front. Il était glacé, ça m'a affolée car, part ça, tu avais l'air d'être l, tellement l, j'ai même failli te demander un mouchoir pour éviter de renifler trop bruyamment tes côtés. Tu avais toujours un mouchoir dans ta poche, prêt être dégainé en cas de chagrin. Mais, cette fois, tu ne me l'as pas tendu. Je t'en ai voulu. Je t'en veux papa, de ne plus être l. Et je pleure en écrivant cette phrase et tu ne me tends toujours pas de mouchoir."

"Digne, tu l'as été jusqu'au bout"

Dans cette lettre bouleversante, Victoria Bedos a également laissé entendre que l'humoriste a décidé lui-même du moment où il partirait. Un choix qu'elle ne pouvait que respecter... La jeune maman continue : "Tu es parti jeudi 16h30. Il fallait que tu partes, tu as voulu partir, en homme révolté que tu es, tu as fait une grève de la faim pour que ça s'arrête. Que cette confusion mentale cesse, que ce brouillard dans ta tête disparaisse. Et maman, Nicolas et moi, on a compris, on a accepté, on n'a pas lutté contre ta dignité. Et digne, tu l'as été jusqu'au bout. Et élégant. Et tendre. Tellement tendre. Même bout de forces, tu as réussi m'envoyer un baiser. ...a a dû te demander un tel effort, mais tu me l'as offert, ce baiser, un baiser de papa qui veut s'assurer que sa petite fille sait qu'il l'aime. ...a y est, je repleure. Elle est pénible écrire cette lettre ! Elle est pénible vivre cette vie sans toi."

Inscrivez-vous la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Nous vous recommandons