"Harry Potter" : Jason Isaacs révèle une consommation de drogues de "plusieurs décennies"

"Harry Potter" : Jason Isaacs révèle une consommation de drogues de "plusieurs décennies"

Parismatch Le 2020-08-04  Source

Piégé par l'alcool à l'âge de 12 ans puis par la drogue à 16 ans, Jason Isaacs a connu de tumultueux épisodes dont il est aujourd'hui délivré. Il a fait de rares confidences sur ses addictions et dépendances.

S'il a incarné dans la saga «Harry Potter» le rôle qui lui a valu un succès fulgurant, Jason Isaacs, interprète de Lucius Malfoy, s'est laissé entraîner dans un cercle vicieux : l'univers infernal des drogues. Désormais sobre, il raconte sa période sous l'emprise de consommations illicites et ses étranges sentiments qui le parcouraient, une période qui a débuté dès l'adolescence. «J'ai toujours eu une personnalité addictive et à l'âge de 16 ans j'étais déjà passé à travers l'alcool et je commençais une histoire d'amour de plusieurs décennies avec la drogue», s'est-il remémoré lors d'un entretien accordé à «The Big Issue» lundi 3 août 2020.

L'acteur de 57 ans a livré un témoignage glaçant révélant notamment la première fois qu'il a consommé de l'alcool à l'âge de 12 ans. Il était accompagné d'un ami lorsqu'un faux barman leur a donné une bouteille d'alcool. Les deux jeunes garçons se sont alors cachés dans les toilettes pour boire et les effets ont naturellement été terribles. Pourtant, à son réveil le lendemain, Jason Isaacs avait déjà hâte de réitérer l'expérience. «Je sais juste que j'ai chassé la joie extatique que j'ai ressentie cette nuit-là avec des conséquences de plus en plus désastreuses», a-t-il avoué.

Le comédien anglais a confié s'être senti dans «un moule» à part du monde extérieur. Un moule qu'il qualifie de sombre et tordu. «Chaque action était filtrée par un besoin brûlant d'être la personne le plus loin possible d'une personne consciente et réfléchie», a-t-il déploré. Il s'est ensuite souvenu d'un moment peu avant sa libération de l'emprise de la drogue. «J'ai soudainement compris que si tout le monde que je connaissais mourrait, vraiment chaque personne, ça ne m'aurait pas dérangé», a regretté l'acteur. «En fait, j'aurais même aimé parce que ça m'aurait donné une excuse de m'asseoir seul dans ma chambre et prendre de la drogue», a-t-il poursuivi.

Cette sombre expérience n'est maintenant plus qu'un mauvais souvenir et l'ancien collègue de Daniel Radcliffe et Emma Watson a su remonter la pente depuis quelques années. Désormais père de deux jeunes filles, Ruby (15 ans) et Lily (18 ans), nées de sa relation avec Emma Hewitt qu'il a épousée en 2001, il tente d'être un père et un mari à la hauteur. «Je sais maintenant que ce n'est pas vrai et que ça ne l'a jamais été. J'aime, je ressens, je connecte, je fais attention. Nous le faisons tous», a-t-il fièrement poursuivi. «Je pense que le garçon que j'étais à 16 ans serait surpris que j'aille bien. Que je tente de chercher un bonheur simple dans des choses simples. Pas toujours, pas parfaitement, mais assez», a-t-il reconnu. Il a même su analyser et prendre du recul sur cette triste aventure de laquelle il tire de grandes leçons. «Les drogues n'étaient pas une façon de gérer ce sentiment de distance, elles le causaient», a-t-il conclu.

Nous vous recommandons