«Hypocrisie, lâcheté, vénalité»... Laurent Ruquier règle ses comptes avec Catherine Barma

«Hypocrisie, lâcheté, vénalité»... Laurent Ruquier règle ses comptes avec Catherine Barma

Tvmag Le 2020-07-13  Source

À la rentrée, après vingt ans de collaboration, l'animateur de France 2 se sépare de sa productrice en raison d'un différend lié l'arrêt de «On n'est pas couché».

La guerre est déclarée entre Laurent Ruquier et Catherine Barma. Dans les colonnes de M, le magazine du Monde ce week-end, l'animateur est revenu sur son «divorce» avec sa productrice lié sa décision d'arrêter «On n'est pas couché» alors que, crise sanitaire oblige, France Télévisions avait prolongé l'émission jusqu'en décembre 2020. Catherine Barma aimerait que le présentateur des «Grosses Têtes» sur RTL prenne sa charge une partie des licenciements qui découlent de cette décision au sein de sa société de production.

» LIRE AUSSI - Fâché avec Catherine Barma, Laurent Ruquier change de producteur la rentrée

«Elle me demande de partager le coût de licenciement d'un personnel pléthorique dont je n'ai jamais demandé ce qu'il soit engagé, hormis trois d'entre eux! Elle fait même travailler des membres de sa famille!», s'agace Laurent Ruquier. «Est-ce ma faute si ce sont mes idées qui ont permis sa société de justement fructifier? Est-ce moi de supporter les frais d'une société de production incapable de proroger d'autres émissions que celles que j'animé», interroge-t-il encore.


Il tient rappeler que «cela fait dix ans qu'il a des propositions d'autres producteurs». «J'aurais aussi pu produire seul l'émission. J'ai été fidèle et naïf», ajoute-t-il avant d'évoquer la dernière de «ONPC» la fin de laquelle il n'a pas adressé un mot pour l'ex-productrice de Thierry Ardisson. Cette dernière n'ayant même pas fait le déplacement pour assister cet ultime tournage. «Au bout de ces vingt ans, j'aurais aimé pouvoir lui dire merci. Son hypocrisie, sa lâcheté, sa vénalité m'en empêchent», regrette-t-il avant de prévenir: «Si elle souhaite qu'un jour la justice s'en mêle, nous réglerons ça devant les tribunaux».

» LIRE AUSSI - Entre rires et larmes, les adieux de Laurent Ruquier «On n'est pas (...)

Nous vous recommandons