INFO TELESTAR.Laurence Boccolini dévoile le nom de la star qui l'a poussée à révéler sa maladie

Laurence Boccolini s'exprime à coeur ouvert. L'animatrice de 55 ans a fait son arrivée sur Europe 1 avec Plan B et revient sur TF1 dans Le grand concours des animateurs le samedi 22 septembre prochain. A l'occasion de ce début de saison mouvementé, l'ex-présentatrice du Maillon faible se livre dans les colonnes de Télé Star en kiosques le lundi 17 septembre prochain. Atteinte d'une polyarthrite rhumatoïde, elle lève le voile sur l'identité de la star qui lui a suggéré de révéler sa maladie au grand jour : "C'est Hélène Ségara, qui a eu un grave problème à l'oeil, qui m'avait conseillé d'en parler. Elle m'avait vue souffrir dans les coulisses de Money Drop. Quand je l'ai dit, ça m'a soulagée", avoue-t-elle. La polyarthrite rhumatoïde est une inflammation de plusieurs articulations et cause des gonflements accompagnés de douleurs.

Touchante, Laurence Boccolini pose des mots sur cette pathologie ainsi que sur son poids : "Si je ne prends pas certaines décisions, dans quelques années j'aurai encore plus de mal à marcher ou à utiliser mes mains. Ma santé compte bien avant mon look. Je ne veux pas être un porte-parole ni de cela ni de la polyarthrite. C'est suffisamment douloureux à vivre. Mon poids et polyarthrite ne font pas bon ménage", déplore-t-elle. Un témoignage poignant.

Laurence Boccolini avait révélé sa maladie sur Instagram en mars dernier. "Mes mains restent ce qu'elles sont depuis des années ... (très déformées) et j'en suis désolée...mais je ne veux plus les cacher. (...) Je remercie chaque jour la force qui m'est donnée de pouvoir vivre avec cette saleté", avait-elle notamment écrit, en légende d'une photo de sa main.

View this post on Instagram

même avec le plus beau des mainecoon sous mes doigts ( Emilio ze king ) mes mains restent ce qu'elles sont depuis des années ... ( très déformées ) et j'en suis désolée...mais je ne veux plus les cacher . Polyarthrite Rhumatoïde mon amie ma compagne douloureuse de (...)

→ Lire l'article au complet sur Yahoo



Nous vous recommandons