INTERVIEW. Charlize Theron se confie sur son pire rendez-vous galant

Closer Dans votre nouveau film, Séduis-moi si tu peux !, vous êtes en campagne pour devenir la prochaine présidente des Etats-Unis. Dans la vie, avez-vous les qualités requises pour l'être ?

Charlize Theron (Rires.) Je ne suis pas passionnée par la politique, même si je m'intéresse aux problèmes de notre société. Le petit jeu entre politiciens n'a jamais été mon goût. La seule chose que je peux vous dire, c'est que les choses seraient bien différentes si Donald Trump était une femme. (Elle sourit.) Malheureusement, nous avons un homme la tête de notre pays et nous en payons les conséquences.

L'arrivée de vos enfants n'a pas freiné votre carrière. Quelle est la clé de votre succès ?

Mon métier est ma passion. Quand j'étais adolescente, je disais toujours mes proches que je souhaitais devenir actrice. Avoir réussi réaliser ce rêve est un énorme cadeau de la vie. Je fais quelque chose que j'adore chaque jour. Je demande d'ailleurs sans cesse mes enfants de me promettre qu'ils feront ce qu'ils aiment. Si c'est le cas, je sais alors qu'ils seront des gens heureux. Je peux dire, en tout cas, que je suis une personne heureuse.

Qui vous aide aujourd'hui garder les pieds sur terre, malgré votre immense popularité ?

Ma mère ! Je ne pense pas que j'aurais pu avoir cette vie sans elle. Elle répond présent n'importe quel moment. Je suis tellement chanceuse de l'avoir dans ma vie. Je la remercie d'être toujours patiente mon égard, mais aussi honnête. Elle n'hésite jamais me remettre sur le droit chemin lorsque je me disperse. Bien évidemment, elle est aussi, et surtout, toujours l pour mes enfants. C'est une grand-mère qui est constamment l'écoute.

Est-ce que votre garçon et votre fille s'entendent bien ?

Je vous arrête : j'ai aujourd'hui, en fait, deux filles merveilleuses. Je pensais, en effet, avoir un garçon jusqu'au jour où elle m'a dit, droit dans les yeux, l'âge de 3 ans, qu'elle n'était pas un garçon, mais bel et bien une fille. Mais comme vous le comprendrez certainement, j'ai le devoir de respecter et de protéger son intimité.

On dit qu'avoir des enfants aide rester jeune. Qu'en pensez-vous ?

C'est d'autant plus vrai pour moi que j'ai passé toute ma jeunesse et une bonne partie de ma vie de jeune adulte dans un pays sanctionné par la communauté internationale et sous embargo (l'Afrique du Sud, NDLR) . Je n'ai donc pas été élevée avec un accès la culture pop. Je n'ai pas grandi en connaissant certains chanteurs, certains shows, comme mes amis américains. Je suis donc encore aujourd'hui un peu en décalage par rapport une certaine culture. Mes enfants m'aident cependant être dans le coup, et je suis en permanence obligée de vérifier sur Google de quoi il s'agit...

Comment peut-on avoir une chance de vous séduire ?

Il est important pour moi d'être avec un individu qui soit généreux, humain, cultivé et doté d'un grand sens de l'humour. J'ai besoin que cette personne puisse me faire rire. C'est extrêmement important dans la vie. J'aime aussi lorsqu'une personne est maladroite.

Pour quelles raisons ?

Parce que je suis moi-même très maladroite. A l'école que je fréquentais Johannesburg, je me souviens qu'en face se trouvait l'hôpital principal de la ville. Ma mère a presque choisi cette école cause de cela, car elle disait toujours que, dans une pièce où se trouvent plus de 500 personnes, j'allais être celle qui allait tomber ou se faire mal cause de ma maladresse. Chaque soir, la sortie de l'école, ma mère me retrouvait avec des contusions, des points de suture, un ...il au beurre noir, des blessures sur le corps de toutes sortes... Je passais plus de temps l'infirmerie que dans la classe.

A présent, choisissez-vous vos hommes en fonction de leur compatibilité avec vos enfants ?

C'est tout simplement impossible de penser de la sorte. Avec mes deux enfants, il y a eu une progression naturelle quand ils sont entrés dans ma vie. Au début, avoir des enfants était si dévorant et j'étais tellement obsédée l'idée d'être une bonne mère que j'ai totalement mis ma vie de côté. Je ne pense pas que c'était une bonne chose. Lorsque mes enfants ont commencé grandir et être plus indépendants, j'ai repris ma vie en main, la fois sur le plan professionnel et personnel. Avec les hommes, je ne me pose plus vraiment de questions. Je ne me dis pas qu'avec telle ou telle personne cela peut marcher, ou que je vais peut-être pouvoir me marier. Je me dis simplement qu'il serait sympa de connaître la personne et de voir si nous pouvons être amis. Si, par la suite, quelque chose de sérieux commence se créer entre nous, pourquoi pas. Je ne me prends pas la tête et me dit : "Laissons faire les choses et voyons comment cela va se passer."

Quel est votre pire souvenir de rendez-vous galant ?

Dans le cadre d'une ...uvre de charité, j'avais accepté de mettre aux enchères un dîner en ma compagnie dans un restaurant. Bien sûr, ce n'était pas un vrai rendez-vous galant, mais l'homme, qui était extrêmement riche et qui avait accepté de faire ce don généreux, le pensait réellement. Pour m'impressionner, il n'a pas arrêté durant la soirée de me dire que d'habitude il n'aimait pas les blondes, que j'étais beaucoup trop grande son goût et qu'il ne connaissait même pas mes films... J'étais vraiment pressée que cette soirée se termine ! (Rires.)

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

Nous vous recommandons

People

Leral

People

Leral

People

Matt Pokora: découvrez quelle humoriste sera bientôt sa partenaire l'écran

Voici