INTERVIEW. Elsa Esnoult : "Dans DALS, je vais essayer de ne pas me casser une jambe !"

INTERVIEW. Elsa Esnoult : "Dans DALS, je vais essayer de ne pas me casser une jambe !"

Closermag Il y'a 3 semaines  Source

Closer Alors, pas trop crevée par les entraînements de DALS ?

Elsa Esnoult Fatiguée, mais ravie. C'est une émission exceptionnelle, que je suivais chaque année.

Quelle est votre expérience en danse ?

On va dire que je ne suis pas une pro ! (Rires.) Mais j'ai toujours admiré les danseurs et ça pourrait être la corde qui manquait mon arc pour proposer des spectacles complets.

Quels candidats vous font peur ?

J'ai surtout peur de moi-même ! Savoir si je serai capable ou pas m'angoisse. Je ne voudrais pas décevoir les gens.

Vous avez parfois dit ne pas aimer être jugée. ...a va être un peu compliqué dans DALS !

Etre jugée n'a jamais été mon truc... Avant d'intégrer Les Mystères de l'Amour, on m'a souvent suggéré de me présenter des télécrochets musicaux, mais je n'y arrivais pas. Or, dans DALS, je sais que le jury est franc. Mais je ne veux pas me mettre trop de pression ! Je vais commencer par essayer de ne pas être ridicule et ne pas me casser une jambe. Les danseurs professionnels, ils les ont déj : nous, on est l pour apprendre.

Dans votre autobiographie, Le rêve d'une vie (éd. Harlequin), vous expliquiez avoir des complexes. On a un peu de mal le croire !

Mais si, j'ai des complexes profonds, qui me viennent de l'enfance. J'ai toujours été mal dans ma peau et je ne suis pas l'aise avec mon corps. D'ailleurs, je me maquille et j'utilise des filtres dans mes vidéos parce que cela me rassure d'avoir un masque. Je ne suis pas capable de sortir dans la rue au naturel, même si j'essaie d'adoucir mon maquillage.

Il est vrai qu'aujourd'hui, les gens vous reconnaissent dans la rue ! Ce n'est pas fatigant, parfois ?

Non, car c'est bienveillant. Mais quand on me demande une photo alors que je suis dans un rayon un peu intime au supermarché, je propose d'aller faire le selfie aux fruits et légumes. (Rires.) Les gens se marrent et comprennent.

Les sonorités de votre quatrième album sont plus électros.

Vous aviez besoin de changement ?

Oui. On garde le noyau dur de chansons romantiques, qui plaisent, mais en apportant un côté plus électro qui me ressemble.

Vous espérez que ces nouvelles chansons passeront la radio, contrairement aux précédentes ?

J'ai de grands espoirs ! On les a plus adaptées au format radio et ça devrait se faire, petit petit. Il suffit que les médias découvrent l'album et ne me collent pas d'étiquette. Le problème est que l'on présente toujours notre série comme une sitcom AB Productions. Sauf que ce n'est pas vrai. Déj, c'est une production JLA et on tourne en décor réel, sans rires enregistrés. Cela n'a plus rien voir avec Hélène et les garçons.

Les critiques sur la série vous agacent...

C'est facile de critiquer, de dire que cette série ne serait pas d'aussi bonne qualité qu'un long-métrage. C'est ridicule. On n'a ni le même budget ni le même temps de travail. Nous tournons vingt-deux séquences par jour et, en une journée, on s'aime, on s'embrasse, on crie, on pleure... Avec plus de temps, on serait capables d'autre chose. Après, cela fait trente ans que cette bande fonctionne et que le public est l. Alors tant pis pour les critiques !

"Non, je ne suis pas l'aise avec mon corps. Je ne suis pas capable de sortir sans maquillage"

Certains de vos collègues ont essayé de quitter cet univers, mais y sont revenus car on ne les embauchait pas ailleurs. ...a vous effraye ?

Je fais ce que j'aime et ne pensais pas que ma vie serait déj aussi belle. Alors, oui, par plaisir du jeu, j'aimerais avoir des rôles différents, plus dark. Mais si ma vie doit être Les Mystères, très bien !

Vous êtes donc prête pour L'Ehpad de l'Amour ?

Carrément ! (Rires.) Je me vois le plus longtemps possible avec cette famille !

Vous ne craigniez pas d'intégrer une bande déj soudée, en 2011 ?

Si, mais ils ont été adorables. Aujourd'hui, ils me soutiennent et je suis très complice avec mon binôme Sébastien Roch, un amour de personne.

Vous les regardiez, petite ? [Elle a peine 30 ans.]

Oui, dans Les Vacances de l'Amour. Et j'étais allée un concert d'Hélène, 5 ans. Elle avait quitté la scène, ma mère m'avait soulevée et je lui avais touché la main. Je lui ai raconté, même si j'étais un peu timide en la rencontrant.

Dans la série, vous allez épouser Cricri d'amour. Et dans la vie, alors ?

La maison, l'arc-en-ciel, les animaux et les enfants qui courent, c'est ce que je veux ! J'en rêve. Mais j'ai des choses construire dans ma carrière, pour mieux accueillir un enfant plus tard.

Vous êtes en couple ?

Je ne dirai rien, mais tout va bien ! Si je parle de quelqu'un, je l'expose et je me mets nu. Et en cas de séparation, c'est terrible. Je parlerai de ma vie quand il y aura un mariage ou un bébé.

Certains internautes vous disent en couple avec une actrice de la série !

Depuis huit ans, j'ai connu certaines critiques et je suis imperméable aux rumeurs et aux blablas.

Dernière question : Ariane Carletti avait été votre bonne fée, elle qui vous avait repérée pour passer le casting des Mystères de l'Amour. Son décès vous a beaucoup affectée ?

Oui. L'apprendre, alors que je partais mes répétitions de danse, m'a fait un choc. Cela faisait des années qu'elle n'allait pas bien, mais je la voyais peu et ne m'y attendais donc pas du tout. Elle restera pour moi celle qui m'a fait démarrer et aura toujours une place dans mon c...ur. C'était une femme avec un sacré tempérament et une pêche pas possible.

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

Nous vous recommandons