Jacques Brel: retour sur les femmes de sa vie

"Je n'aime pas beaucoup les femmes, confiait Jacques Brel, car elles sont un peu l'ennemi. Je ne suis pas misogyne mais je me méfie d'elles, profondément. Je me méfie d'elles parce que j'ai horreur de souffrir, d'avoir mal aux dents, et puis ça ne sert rien..." Pourtant, Jacques Brel a connu bon nombre d'idylles. Tout commence avec Thérèse Michielsen. C'est dans un mouvement de jeunesse catholique, la "Franche Cordée", que "la Miche" rencontre Jacques. Ils s'aiment très vite, se marient tout juste 20 ans, en 1950. Mais, trois ans plus tard, Thérèse laisse Brel s'envoler vers Paris. Le couple, jamais divorcé, a eu trois filles : Chantal, France et Isabelle.

Arrivé Paris, Jacques Brel s'éprend de l'actrice et chanteuse Suzanne Gabriello. Leur liaison entamée lors d'une tournée, en 1955, se poursuit par intermittence jusqu'en 1961. C'est Suzanne qui, la première, revendiquera être le sujet du célèbre "Ne me quitte pas". Il entame ensuite une longue liaison -entre 1961 et 1970- avec l'attachée de presse de chez Philips, Sylvie Rivet. Laquelle quitte Serge Gainsbourg pour l'auteur du "Plat Pays". La demeure de Sylvie devient le foyer parisien de Brel... qui retrouve son épouse et ses filles lorsqu'il retourne Bruxelles. Il va quitter Sylvie en 1971. On lui connaît ensuite des aventures avec Annie Girardot, Danièle Evenou ou encore une amie de Sylvie Rivet. Il va ensuite tomber amoureux de Maddly Bamy en décembre 1971, lors du tournage de "l'Aventure c'est l'aventure". Elle va le suivre sur son voilier, quand il prend sa retraite du métier en 1973. Puis l'accompagner aux Marquises, jusqu' son agonie.

Nous vous recommandons