Je suis une célébrité, sortez-moi de là: Giovanni Bonamy raconte sa souffrance sur le tournage

Je suis une célébrité, sortez-moi de là: Giovanni Bonamy raconte sa souffrance sur le tournage

Voici Le 2019-08-20  Source

Le tournage de Je suis une célébrité, sortez-moi de là a été très difficile pour les candidats. Le mannequin Giovanni Bonamy, qui a particulièrement souffert de la faim, a dévoilé les conséquences que cela a eues sur sa santé.

A voir les nombreux témoignages au sujet de Je suis une célébrité, sortez-moi de là, l'émission n'avait rien de la sympathique balade dans la jungle. Les galères se sont enchaînées sur le tournage en Afrique du sud, qui s'est déroulé dans une atmosphère électrique. La nature inhospitalière a également frappé: la jeune Nilusi a notamment révélé qu'elle avait toujours des séquelles physiques, des mois après sa mauvaise rencontre avec des insectes. Mais c'est surtout la faim qui a fait vivre un enfer aux stars de l'émission. Giovanni Bonamy, venu récolter des fonds pour la Global Gift Foundation, en a énormément souffert. «Le manque d'hygiène et de confort ne m'a pas fait peur. Le plus dur pour moi, ça a été la nourriture, a confié le mannequin à Télé-Loisirs. Niveau ration, j'avais toujours faim. Même après avoir picoré, je voulais manger. »

S'il n'est pas le seul à avoir été mal en point à cause du manque de nourriture - Gérard Vivès, très affaibli, a perdu 14 kilos -, Giovanni Bonamy a eu des problèmes de santé: « Pendant toute l'aventure, à chaque épreuve, j'avais de l'hypoglycémie, j'avais les mains qui tremblaient, a-t-il raconté à Télé-Loisirs. J'avais faim, j'étais faible. Si je me levais trop vite, j'avais des étoiles dans les yeux. C'était compliqué, car pendant les épreuves, il fallait être fort physiquement et mentalement et malheureusement au bout de quelques jours, on était épuisés... » Un mal-être général qui avait d'ailleurs poussé les candidats à réagir: affamées, les stars de Je suis une célébrité, sortez-moi de là avaient carrément menacé de tout arrêter. La production avait alors dû les apaiser en leur cédant quelques provisions.

Nous vous recommandons