Jean-Pierre Pernaut compare le confinement aux semaines difficiles après son cancer

Jean-Pierre Pernaut compare le confinement aux semaines difficiles après son cancer

Voici Le 2020-03-30  Source

Jean-Pierre Pernaut est malheureusement un habitué des mesures de confinement. Ce lundi 30 mars, il est revenu sur une période difficile de sa vie : son combat contre le cancer.

Depuis le début du confinement, Jean-Pierre Pernaut a laissé sa place aux commandes du journal de 13 heures sur TF1, au présentateur Jacques Legros. En effet, pour des mesures de sécurité et pour préserver sa santé, le célèbre journaliste a été contraint de quitter les plateaux de télévision pour rester chez lui. Mais ce n'est pas pour autant qu'il reste sans rien faire. Bien au contraire : chaque midi, les Français peuvent le retrouver son domicile d'où il présente la pastille nommée "13h la maison". En vrai professionnel, il a installé un petit plateau de tournage chez lui et a même réquisitionné les membres de sa famille pour tourner ses petits reportages : son fils, s'occupe de la lumière, pendant que sa fille le maquille. Toute une organisation. Alors même si le confinement est difficile, Jean-Pierre Pernaut poursuit sa passion. Mais surtout, le présentateur a su relativiser sur sa situation, car ce n'est pas la première fois qu'il a l'obligation de rester chez lui.

Le confinement ? Jean-Pierre Pernaut relativise

En effet, le journaliste était invité sur la chaîne LCI ce lundi 30 mars où il a présenté "la chronique d'un confiné". L'occasion pour lui de revenir sur sa première période de confinement, lorsqu'il était touché de plein fouet par son cancer de la prostate : "Je suis habitué parce que j'ai été en confinement total pendant six semaines quand j'ai été opéré de mon cancerde la prostate il y a un an et demi. Je suis resté six semaines la maison sans bouger". A l'époque Jean-Pierre Pernaut était "bloqué dans son canapé", ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, puisqu'il peut profiter de "son jardin" et des plaisirs des chroniques domicile. De l'art de relativiser...

Nous vous recommandons