Juan Carlos : fiançailles, coup d'Etat... Son ex-maîtresse Corinna dit tout

Juan Carlos : fiançailles, coup d'Etat... Son ex-maîtresse Corinna dit tout

Closermag Il y'a 5 jours  Source

Depuis le 4 août et l'annonce de son exil, l'ancien roi d'Espagne Juan Carlos est au c...ur de toutes les polémiques. Ce dernier est accusé par la justice espagnole et la justice suisse d'avoir dissimulé 100 millions d'euros sur un compte de la fondation Lucum en Suisse. Accusée d'être impliquée dans les affaires du roi déchu pour "soupçons et blanchiment d'argent aggravé", son ancienne amante Corinna zu Sayn-Wittengenstein s'est confiée Paris Match sur plusieurs aspects de cette polémique. Cette dernière, accusée d'avoir reçu 65 millions de dollars de la fameuse somme dissimulée, a déclaré l'hebdomadaire "je n'avais aucune raison de questionner un chef d'Etat. Les révélations qui ont suivi ont été manipulées, utilisées de manière sensationnaliste, pour créer une gigantesque controverse. Tout cela est motivé par un agenda politique".

L'aristocrate de 56 ans a poursuivi en livrant des propos que Juan Carlos aurait tenu dans la sphère privée "Il a été très explicite en me confiant : "j'ai deux fronts face moi. Le premier est constitué par ma femme et ses lieutenants : elle est pressée de mettre son fils sur le trône, parce qu'elle a beaucoup plus d'influence sur lui que sur moi. Le second est incarné par Mariano Rajoy (ndlr : ancien premier ministre), qui a pour but de me castrer et d'affaiblir la monarchie.""

Une bague de fiançailles pourCorinna zu Sayn-Wittengenstein

L'ancienne maîtresse de Juan Carlos a reçu nos confrères de Paris Match Londres. Durant cet entretien qui sera disponible dans le numéro du jeudi 17 septembre, Corinna zu Sayn-Wittengenstein a raconté "fin 2008, il est en effet allé le voir Berlin avant de m'offrir, début 2009, une magnifique bague de fiançailles. Je l'ai pris comme un gage de sérieux de notre relation, mais je savais que cet engagement ne pourrait pas se concrétiser". Cette dernière, peut soucieuse de l'avis de la monarchie espagnole a également jugé le départ de Juan Carlos. "Pendant une crise de cette envergure, la famille royale aurait dû rester unie. Envoyer l'ex-roi la santé fragile, en exil, et cela en pleine période de Covid, est irresponsable", a-t-conclu.

Inscrivez-vous la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Nous vous recommandons