Julie Gayet, l'anti-Brigitte Macron : non, la compagne de Fran...

Julie Gayet, l'anti-Brigitte Macron : non, la compagne de Fran...

Closermag Le 2019-06-24  Source

Brigitte Macron, Julie Gayet deux amoureuses de présidents et deux manières bien différentes de les soutenir. La première a embrassé le rôle de Première dame comme personne : l'épouse d'Emmanuel Macron dispose de bureaux l'Elysée, de conseillers, elle aiguille son mari, influence forcément ses décisions, tisse des liens avec ses collaborateurs, reste très présente et l'épaule dans certains de ses déplacements. La seconde a, en revanche, pris un tout autre chemin lorsque François Hollande était locataire de l'Elysée.

Julie Gayet, fidèle ses convictions de femme indépendante et féministe, a tenu ne pas devenir simple "femme de" et continué gérer sa carrière en toute indépendance, laissant son compagnon honorer ses obligations sans jamais chercher s'immiscer. Elle a notamment pris exemple sur ses parents, comme elle le dévoile dans une interview accordée Lauren Bastide pour le podcast La Poudre le 16 mai dernier : "Mon père était chirurgien, ma mère était antiquaire, on ne définissait pas ma mère par mon père." Julie Gayet et François Hollande ont même fait le choix de ne pas officialiser leur union et protéger au maximum leur jardin secret lorsqu'ils étaient l'Elysée.

Puis de détailler : "Il y avait un mur entre moi, les appartements privés et l'officiel. Je n'ai jamais mis un pied du côté officiel. Il y avait les gens pour le conseiller sur la culture, je n'intervenais pas. Il y avait des sujets sur lesquels on disait 'Elle a nommé machin...' On a utilisé mon nom pour pouvoir virer des gens ! Mais jamais je ne me serais permise de faire ça, jamais, jamais", a assuré la productrice, très engagée dans les causes liées aux droits des femmes.

"Il sait ce qu'il fait, il y a des conseillers, laissez-leur la place. J'ai fait très attention, dans mon métier de productrice, ( ce que je l'exerce) comme je l'avais fait avant, mais ça n'a pas été facile, car on vous pousse dans un sens, dans l'autre. Moi j'ai tenu la barre, en tout cas j'ai essayé", a expliqué Julie Gayet, avant de conclure : "Il n'a pas besoin de moi, je n'ai pas besoin de lui". Difficile de faire plus clair.

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

Nous vous recommandons