Julie morte du coronavirus : les témoignages bouleversants de ses copines de danse

Sa mort a provoqué la stupeur. Julie, 16 ans, s'est éteinte dans la nuit du mardi 24 au mercredi 25 mars 2020 des suites d'une infection au coronavirus. Elle est la plus jeune victime du Covid-19 en France, virus pourtant réputé pour épargner les plus jeunes. Sa famille assure qu'elle ne souffrait d'aucun antécédent médical particulier qui pourrait expliquer son décès prématuré.

Au contraire, Julie était une adolescente pleine de vie, comme en témoignent ses proches amies dans le derniers numéro du Parisien. Sportive, elle pratiquait la danse depuis ses 4 ans au sein de l'association l'Amicale laïque de Morang-sur-Orge (Essonne). "C'était un vrai élastique", se souvient Lilou, 17 ans, avec qui elle partageait la même passion pour la danse. "Avec les membres de l'association et notre groupe de danse, les Millepied (en référence au danseur Benjamin Millepied, ndlr), on formait une grande famille", poursuit la jeune fille en éclatant en sanglot.

"Elle nous faisait rire"

Julie a également pratiqué la GRS pendant 3 ans auprès de Cindy, qui se souvient de sa bonne humeur : "C'était une fille dynamique, qui ne tenait pas en place. Même en pleine répétition, elle trouvait le moment de faire des blagues. Elle nous faisait rire, parfois ses dépends". Lilou confirme le côté "gaffeuse" de son amie, une adolescente gaie et "authentique".

Julie était aussi une adolescente "très coquette" et dotée d'un sacré caractère. "Elle parlait toujours très fort et n'aimait pas qu'on lui dise ce qui n'allait pas, même si au fond elle savait que c'était pour son bien", confie Margaux, la grande soeur de Lilou. Mais cette tornade avait une grande sensibilité. Elle pleurait facilement devant les films qu'elle regardait avec sa grande soeur Manon, dont elle était très proche.

La disparition de Julie va laisser un grand vide. Plusieurs cagnottes ont été mise en ligne pour soutenir sa famille. A ce jour, plus de 5000 euros ont été récoltés.

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

Nous vous recommandons