Karin Viard : ce complexe familial qui ne l'a jamais quittée

Karin Viard : ce complexe familial qui ne l'a jamais quittée

Closermag Le 2020-09-20  Source

Grande, mince, blonde... On pourrait penser que Karin Viard a tout pour elle. Et pourtant ! À 54 ans, la comédienne a révélé souffrir d'un complexe : son physique. Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, elle a en effet confié : "Beaucoup de gens sont soucieux de leur image, notamment les actrices, qui la gèrent plus ou moins bien. Moi, je ne sais pas faire, sans doute parce que je ne m'estime pas assez. C'est comme avec les enfants : chacun se débrouille au mieux avec ce dont il hérite !" L'origine de son mal-être ? Sa mère. La comédienne a expliqué : "Je fais plus confiance mon intelligence et ma sensibilité qu' mon physique, avec lequel j'entretiens depuis toujours un rapport compliqué : j'ai eu une mère très belle et je ne me suis jamais sentie autorisée rivaliser avec elle. Alors je préfère tirer avantage de ce que je ne peux pas changer et m'amuser être jolie dans certains films et effrayante dans d'autres..."

Cinq ans plus tôt, c'est pour Madame Figaro que Karin Viard s'était confiée sur son enfance. Alors qu'elle avait souffert de ne pas recevoir de compliments propos de son physique lorsqu'elle était plus jeune, elle avait confié : "Je n'avais pas le physique qui m'aurait permis de jouer la fifille. Je n'ai pas grandi en m'entendant dire : 'Comme tu es ravissante !' J'ai été élevée la rude." La comédienne continuait : "Ma mère était la beauté de la famille. Il a fallu que je trouve une autre identité. J'ai pris celle de la rigolote. Mais avec le temps, j'ai découvert que je pouvais aussi être sexy. Je me suis autorisée être multiple : la fois comme ma mère, ma soeur, ma grand-mère et toutes ces femmes qui m'entourent."

"J'ai appris supporter lereflet"

Si elle admet ne pas supporter de se voir vieillir, Karin Viard apprend peu peu s'aimer. Pour le Journal du Dimanche, la comédienne a expliqué : "J'adore les semaines passées avec mes partenaires en plateau, mais il y a toujours le moment où on me met l'image sous le nez et l, je me dis : 'Oh mon Dieu !' Quand je m'aperçois de face dans le miroir de la salle de bain, le plus souvent, je ne m'aime pas. Mais je me suis habituée ce que je vois et j'ai appris supporter le reflet."

Inscrivez-vous la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Nous vous recommandons