Kim Kardashian attaquée en justice...pour une photo d'elle-même

"We got love" (Nous avons l'amour en français), telle est la légende de la photo pour laquelle Kim Kardashian est attaquée en justice. Une affirmation que ne semble pas partager le photographe qui, lui, ne veut pas de l'amour mais de l'argent pour son cliché. Partagé en octobre 2018, ce post partagé sur l'Instagram de Kim Kardashian a été liké par plus de 2,2 millions de personnes. On y voit Kim Kardashian en train de regarder tendrement son mari, le rappeur Kanye West. Les deux sourient largement.

Selon les informations de TMZ, le photographe qui clame être l'auteur de la photo, Saeed Bolden, estime que de fait, il la possède. Il ajoute qu'il n'a jamais donné Kim Kardashian l'autorisation de l'utiliser et qu'il n'a jamais reçu le moindre argent de sa part.

Il a donc attaqué la star en justice en lui réclamant un dédommagement pour l'utilisation sans autorisation de sa photo. Combien ? Il n'a pas souhaité communiquer le montant exact mais demande être payé en fonction des profits faits par Kim Kardashian grâce ce post plus une certaine somme en guise de "dommages punitifs". Malgré la menace en justice, le post n'a pour l'instant pas été enlevé du compte Instagram de Kim Kardashian.

Kim K. : plus le droit de poster des photos d'elle-même ?

Et tant qu' faire, Saeed Bolden poursuit également la ligne de vêtements de maintien détenue par Kim Kardashian, Skims Body, même si le compte Instagram n'a jamais publié la photo au prétexte que cette marque partage le compte Instagram de Kim Kardashian. Une histoire qui doit quand même avoir un goût bien amer pour Kim Kardashian, surtout après les accusations de blackface qu'elle a subies en décembre dernier la suite d'un shooting destiné la couverture pour le magazine 7 Hollywood. Si l'épouse de Kanye West ne peut même plus partager de photos d'elle sur son Instagram, que va-t-il donc rester la reine de la mise en avant personnelle ?

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

Nous vous recommandons