Laury Thilleman : "Avec Juan, ça se passe trop bien !"

Comment les rôles sont-ils répartis entre vous et vos partenaires ?

Laury Thilleman : Avec Donel, on est sur le canapé rouge et on fait le relais entre les séquences inédites, les invités et les moments cultes de l'émission. Tom Villa, c'est notre Marcel Béliveau, c'est lui qui a écrit les caméras cachées inédites. Ce sera comme un électron libre.

À quoi les décors vont-ils ressembler ?

Il y aura trois plateaux différents. Nous avons la chance de tourner dans L'Atelier des lumières, Paris. Le plateau principal sera un décor qui rappellera les toits de la capitale. À certains moments, quand on évoquera les séquences cultes de l'émission, on se retrouvera dans un grenier. Et l'inverse, pour les séquences inédites, on sera dans un univers digital. C'est un décor 360°.

À quoi faut-il s'attendre concernant les pièges inédits ?

Les invités qui vont venir en plateau n'ont pas vu les séquences où ils apparaissent, ni bien sûr celles des autres. Les Chevaliers du Fiel ne sont pas près d'oublier le piège qu'on leur a tendu en Corse...

Quel souvenir gardez-vous de cette émission que vous suiviez étant enfant ?

J'ai toujours été fan de caméras cachées. Je me souviens de la séquence où Thierry Lhermitte regarde un match de foot et où l'un de ses potes, par défi, sème la pagaille sur le terrain. C'était magique ! L'idée de ces séquences, comme celles qui sont inédites, c'est de rire avec les piégés en toute bienveillance, et non pas de rire d'eux.

Vous avez monté avec votre mari, le chef Juan Arbelaez, une société de production pendant le confinement...

Depuis mai, nos autres projets qui étaient en attente sont repartis. Lui comme moi, on se laisse porter par ces projets. Il vient d'intégrer l'équipe de Quotidien sur TMC et moi je reprends les tournages de Happy & Zen,pour Téva, avec une formule plus « green » le dimanche 10 heures. France Télé visions me fait de plus en plus confiance en me proposant de nouveaux projets. (...)

Nous vous recommandons