Le cas de Lori Loughlin s'enfonce

Lori Loughlin a écopé mardi d'un nouveau chef d'accusation dans l'affaire des pots-de-vin, lui faisant risquer une peine de prison encore plus lourde. Face la pression, l'actrice pourrait craquer et accepter de finalement plaider coupable afin d'éviter le procès.

Lori Loughlin a écopé mardi 22 octobre 2019 d'un nouveau chef d'accusation dans l'affaire des pots-de-vin versés par de riches parents pour faciliter l'entrée de leurs enfants dans de bonnes universités, lui faisant risquer une peine de prison encore plus lourde. Comme neuf autres parents inculpés dans ce scandale, Lori Loughlin et son mari sont désormais accusés d'association de malfaiteurs pour corruption de programmes fédéraux, un chef qui s'ajoute ceux de blanchiment et d'association de malfaiteurs en vue de transférer frauduleusement des fonds, a indiqué le bureau du procureur fédéral de Boston.

L'actrice de 55 ans devenue célèbre pour son rôle dans la série «La fête la maison» et son mari Mossimo Giannulli sont accusés d'avoir déboursé 500.000 dollars en 2016 et 2017 pour que leurs deux filles puissent entrer l'université de Californie du Sud (USC). Lori Loughlin était déj théoriquement passible de 40 ans de prison. Avec ce nouveau chef, elle s'expose cinq ans supplémentaires.

Jusqu'ici, contrairement Felicity Huffman, autre actrice inculpée dans ce dossier, Lori Loughlin a plaidé non coupable. Avec ce nouveau chef d'inculpation, le procureur de Boston, Andrew Lelling, accentue la pression pour qu'elle plaide coupable. Les accords de plaider-coupable sont fréquents aux Etats-Unis : outre le fait d'éviter un procès, ils permettent généralement d'obtenir une peine réduite. Selon TMZ, l'actrice pourrait donc prochainement suivre la voie de Felicity Huffman et accepter un accord avec la justice. L'ex-star de «Desperate Housewives», qui est accusée elle d'avoir payé 15.000 dollars pour faire entrer sa fille l'USC, a plaidé coupable en mars dernier. Elle a depuis été condamnée mi-septembre deux semaines de prison, une peine qu'elle a presque achevé de purger, puisqu'elle est derrière les barreaux depuis le 15 octobre.

Outre Lori Loughlin et Felicity Huffman, une trentaine de parents ont été inculpés dans cette affaire. L'ancien patron d'une société spécialisée dans la préparation aux examens, William Singer, avait mis sur pied un système bien rôdé pour faciliter les parents fortunés qui recouraient ses services: le système allait de la triche aux examens jusqu' la corruption d'entraîneurs sportifs universitaires, qui plaidaient pour l'entrée des candidats dont on leur soumettait le nom. Son organisation aurait reçu au total 25 millions de dollars de parents aisés désireux de voir leurs enfants admis dans des universités prestigieuses comme Yale, Georgetown ou Stanford.

A lire aussi : Le procureur veut une "peine plus lourde" pour Lori Loughlin que pour Felicity Huffman

Nous vous recommandons