Le jour où Alison Wheeler (Quotidien) a subi une "humiliation" au collège cause de son... nez

Le jour où Alison Wheeler (Quotidien) a subi une "humiliation" au collège cause de son... nez

Telestar Il y'a 2 semaines  Source

Dans ses chroniques sur Quotidien, Alison Wheeler renvoie l'image d'une femme sûre d'elle. Seulement, en creusant un peu plus, on s'aperçoit vite qu'elle est timide et fragile. D'ailleurs, elle n'avait pas pu cacher son émotion le jour où Fabrice Luchini lui avait un compliment sur son nez. "Il a dit qu'il donnait du caractère mon visage. Et il a touché pile ce qui me complexait quand j'étais ado", a-t-elle expliqué dans les colonnes de Voici, en kiosques le vendredi 22 novembre 2019. Pour cause, elle a subi de nombreuses critiques lorsqu'elle était plus jeune, cause de cette partie de son corps. "En cinquième, j'ai connu l'humiliation quand la cancre de la classe a fait une dissertation sur mon nez. Toute l'année, elle n'avait eu que des 4 sur 20 en français, et ce jour-l, elle a eu 18, grâce mon nez", explique celle qui assure une chronique toutes les semaines dans l'émission de Yann Barthès.

Mais alors que cette dissertation aurait pu secrète, son ancienne professeur de français en a voulu autrement. "Elle lui a demandé de lire sa rédaction devant toute la classe, j'étais en larmes, anéantie. A l'époque, on avait aucun problème avec le fait de s'en prendre collectivement au physique d'une élève", raconte encore émue celle qui a beaucoup souffert de cette situation. Aujourd'hui, c'est en femme sûre d'elle qu'elle vient de publier un livre, Ma vie est mieux que la vôtre. "C'est du millième degré, hein... J'ai voulu détourner les titres des livres sur le bonheur qui polluent en librairies", explique encore Alison Wheeler.

Alison Wheeler et les transports en commun

Plus sérieusement, elle aborde des sujets de société dont tout le monde peut être victime comme les pervers qui sévissent dans les métros parisiens. "Je prends beaucoup les transports en commun et c'est clairement un endroit hostile (...) Il n'y a pas longtemps, l'église Saint-Eustache, aux Halles, j'étais avec ma mère et ma soeur et l un mec nous a montré (...)

Nous vous recommandons