Le prince Andrew accusé de racisme : retour sur la semaine cauchemardesque du fils de la reine

Le prince Andrew continue sa descente aux enfers. Le fils de la reine et petit frère du prince Charles a accordé un entretien à la BBC samedi 16 novembre, afin de s'expliquer sur ses liens avec Jeffrey Epstein, le financier américain accusé de pédophilie qui s'est donné la mort en prison en août dernier.

Le témoignage du duc d'York n'a pas été bien accueilli par l'opinion publique outre-Manche, et ce n'est rien de le dire. Le papa des princesses Eugenie et Beatrice a formellement démenti les accusations de Virginia Roberts, qui a affirmé avoir été forcée à trois reprises à avoir des relations sexuelles avec le fils d'Elizabeth II lorsqu'elle était mineure, notamment chez le financier américain. La presse lui a notamment reproché son attitude jugée trop nonchalante, souriant et riant, n'exprimant aucun regret pour les victimes de Jeffrey Epstein.

Pour ne rien arranger, le prince Andrew fait désormais face à de nouvelles accusations, cette fois-ci de racisme. Selon le Daily Mail qui cite le Evening Standard, en 2012 lors d'une réunion au palais de Buckingham, un ancien conseiller britannique qui a travaillé aux côtés de David Cameron, Rohan Silva, lui a demandé s'il estimait que le gouvernement pouvait faire mieux pour stimuler les échanges commerciaux avec le monde.

Le prince Andrew : "Vous n'irez nulle part en jouant à l'homme blanc"

Le fils de la reine lui aurait alors rétorqué : "Pardonnez l'expression, mais il s'agit vraiment d'un nègre dans un tas de bois" - une expression originaire des Etats-Unis qui date du milieu du XIXe siècle, avant l'abolition de l'esclavage, et qui ferait allusion aux esclaves évadés qui se cachaient derrière ou dans les tas de bois pour échapper à la capture. Une réponse qui a bouleversé le conseiller, d'origine asiatique.

Une année plus tôt, le duc d'York aurait lancé à Rohan Silva une phrase aux relents de l'époque coloniale : "Vous n'irez nulle part en jouant à l'homme blanc."

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

Nous vous recommandons