Les Terriens du samedi! : Yann Moix s'en prend la police, un syndicat saisit le CSA

Le syndicat alternative police CFDT a annoncé samedi soir avoir saisi le Conseil supérieur de l'audiovisuel après des propos de l'écrivain dans l'émission de Thierry Ardisson selon lesquels les policiers «chient dans leur froc».

Yann Moix a-t-il prévu de déclencher une polémique chaque semainé Une semaine après s'être attaqué aux joueurs de l'équipe de France, le nouveau chroniqueur des Terriens du samedi sur C8 s'en est pris la police. Face au journaliste Frédéric Ploquin venu promouvoir son livre La peur a changé de camp (Albin Michel) et deux policiers qui témoignaient également, l'ex-polémiste d'On n'est pas couché a déclaré: «Si vous venez dire ici que les policiers ont peur, vous savez bien que la faiblesse attise la haine: dire que vous chiez dans votre froc, alors que vous faites un métier qui devrait prendre cette peur en compte...», a-t-il dit sans terminer son raisonnement.

Il a également accusé les policiers de se «victimiser longueur d'émission de télévision» alors que leurs «cible préférées sont les pauvres et les milieux défavorisés». «Je suis moi-même spectateur du harcèlement que vous pratiquez sur des gens inoffensifs (...) parce que, effectivement, la peur au ventre, vous n'avez pas les couilles d'aller dans des endroits dangereux», a-t-il ajouté.

«Déverser son fiel anti-flic»

Le syndicat alternative police CFDT a annoncé samedi soir avoir saisi le CSA. Yann Moix «profite de sa célébrité médiatique pour déverser tout son fiel de haine anti-flic», a dénoncé cette organisation dans un communiqué, condamnant des propos « vomir». Le syndicat a invité Yann Moix «faire un reportage avec les policiers dans les quartiers difficiles et s'en prendre "plein la gueule' et on verra bien s'il a "les couilles' de rester sur place». Il a également appelé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb « condamner avec fermeté ces propos ignominieux et engager des poursuites».


Au début de l'année Yann Moix, lors d'un reportage sur les migrants de Calais, (...)

Nous vous recommandons