Line Renaud : "J'ai survécu un AVC"

Pour la première fois, elle parle de son accident cérébral. Et annonce qu'elle met le pied sur le frein.

Pour la première fois, Line Renaud révèle la vraie raison de son hospitalisation. La star regrette d'avoir caché la vérité, et elle nous explique pourquoi.

Paris Match. Il y a plus d'un an, le bruit courait que vos chiens vous avaient fait tomber dans votre jardin. Et en réalité, pas du tout !
Line Renaud. Je l'avoue, je suis assez mal l'aise avec ce mensonge. J'ai eu un petit AVC. Je m'en suis bien sortie, mais j'étais tout de même sonnée. Nicole Sonneville, mon amie et mon attachée de presse, Claude Chirac et Muriel Robin, mes deux filles de c...ur, m'ont finalement convaincue : "Line, les rumeurs vont aller bon train, vous savez comment sont les gens ! Line a eu un AVC, elle est très diminuée..." J'ai eu peur qu'avec l'étiquette AVC collée sur le front on ne me confie plus de rôles ! Je me suis aussi souvenue de ce que me répétait Loulou : "Un artiste n'a pas le droit d'être malade, ni de se montrer diminué." Et je me suis rappelé cette longue tournée du "Las Vegas Show" : Roanne, j'étais quasi aphone, 40 °C de fièvre, obligée d'annuler le spectacle. Je voulais monter sur scène pour expliquer mon état au public. Loulou n'y tenait pas. J'y suis quand même allée. A la fin de mon petit speech, inaudible, j'ai annoncé : "Vous serez remboursés, mais je reviendrai l'automne et la représentation sera gratuite." Six mois plus tard me revoil : la salle était moitié vide et l'ambiance morose ! Non, un artiste n'a pas le droit d'être malade.

Lire aussi.Line Renaud, son premier rendez-vous avec Match

Quels souvenirs avez-vous de ce matin du 10 avril 2019, où vous faites cet AVC ?
Il était environ 7 h 30. Mon chien, Pirate, dormait sur mon lit. Je me lève pour aller la salle de bains et l, je glisse. Je tombe assise, au pied du lit, incapable de me relever. Pirate me regarde. Je ne comprends pas ce qui m'arrive. J'essaie de bouger - "Lève-toi, idiote !" -, comme dans ces rêves où l'on est incapable de fuir alors qu'il y a urgence. Dieu sait comment mes jambes se sont coincées sous le lit. C'est en me débattant que j'ai dû me casser la cheville droite. J'étais consciente, mais je n'avais mal nulle part.

Nous vous recommandons