Mask Singer: Smaïn quitte la compétition, que devient l'humoristé

Ce vendredi 22 novembre, une deuxième célébrité a quitté Mask Singer ! Il s'agit de l'humoriste Smaïn, dont nous vous donnons des nouvelles.

Les téléspectateurs de Mask Singer ont été chanceux ce soir, puisque ce n'est pas une célébrité qui a été démasquée mais deux ! Après que Lio a enlevé son masque d'Hippocampe, c'était au tour du Monstre de révéler son identité. Alors que Alessandra Sublet, Jarry, Kev Adams et Anggun pensaient Gilles Lelouche ou encore Jérome Commandeur, c'est finalement l'humoriste Smaïn qui se cachait sous le costume du Monstre !

Voil bien longtemps que l'acteur, qui a tourné dans pas moins de 27 films, n'était pas apparu la télévision. Celui qui fêtera ses 62 ans le 3 janvier prochain a commencé sa carrière au théâtre en 1986, au café-théâtre Le Tintamarre avec "A star is beur". Il continue ensuite son ascension au cinéma, et co-réalise également son premier film en 1996, Les Deux Papas et la maman, où il joue aux côtés d'Arielle Dombasle et d'Antoine de Caunes.

La France a un incroyable talent en 2009

Après le théâtre et le cinéma, Smaïn s'est finalement attaqué la télévision en 2009 lorsqu'il a fait partie du jury de La France a un incroyable talent, lors de la saison 4, où il a remplacé Patrick Dupond. Une expérience qu'il avait complètement fracassée en 2018 dans l'émission de radio Voltage. "Je me suis cassé. Je trouvais ça nul, je me suis fait chier, je m'emmerdais En plus de son profond ennui, Smaïn n'avait "pas du tout supporté" le juge Gilbert Rozon : "Rozon me gonflait les c*******. Je n'aimais pas son comportement, un peu agressif. Il critiquait beaucoup. Cela dit, il y a plein de gens qui aimaient son côté très agressif. Mais moi, je ne peux pas

Finalement, c'est sur les planches que l'humoriste, qui a été adopté, se sent le mieux. En 2014, il est remonté sur scène aux côtés de Jean-Marie Bigard pour la tournée Les Eternels du rire, qui a été produite dans toute la France !

Nous vous recommandons

People

Jacqueline de Ribes : une allure folle

Parismatch