Michel Polnareff "autiste" et "asocial" : cette période angoissante avant son opération des yeux

Michel Polnareff "autiste" et "asocial" : cette période angoissante avant son opération des yeux

Closermag Le 2020-08-13  Source

Début des années 1990. Alors qu'il peaufine et travaille sur son neuvième album Kâmâ Sutrâ, Michel Polnareff choisi de le composer non pas dans un studio traditionnel mais l'hôtel Royal Monceau, où il resta plus de 800 jours sans en sortir. Si en premier lieu le chanteur s'est refusé sortir pour les besoins de sa création, il se trouve que sa myopie a également beaucoup joué dans son choix. Car si le travail avance lentement en coulisses, c'est parce que l'interprète de Goodbye Marylou commence perdre la vue. Atteint d'une cataracte, Michel Polnareff a été contraint de se faire opérer rapidement s'il ne voulait pas perdre la vue.

Une épreuve difficile pour lui qui avait peur de cette opération, et qu'il a noyé dans les shots de Vodka, prenant au passage 30 kilos. "Je n'avais jamais été terrifié ce point. "Orange Mécanique vécu de l'intérieur. J'ai cru crever", confie-t-il L'Obs, en kiosque jeudi 13 août. A cause de la perte progressive de sa vue, Michel Polnareff se renferme sur lui-même, et ne quitte que rarement le Royal Monceau. "Michel est un peu autiste Asperger. C'est pourquoi il a du mal s'échapper de lui-même, souligne Christophe Lameignère dans les colonnes de L'Obs. Dès qu'il sortait du Royal Monceau, il était tétanisé. Son côté surdoué, autiste, décalé, asocial, s'est amplifié mesure qu'il perdait la vue. Il était confiné en lui-même", précise-t-il.

Une opération "au marteau-piqueur"

Une douloureuse épreuve pour le chanteur qui avait toutefois de quoi être terrifié par cette opération de la cataracte, puisqu'il s'agit d'une procédure complexe, sur laquelle il était revenu au micro de RTL en 2016. "Il ne s'agissait pas de faire simplement un truc avec un laser. Il fallait y aller avec un marteau-piqueur. On est obligé de rentrer dans votre ...il, casser cette cataracte (...) Vous voyez carrément votre vue partir de l'intérieur. On ne peut pas vous endormir complètement, parce qu'il faut qu'il y ait des réactions des yeux", confiait-il. Après son opération, Michel Polnareff a repris une vie normale, et s'est mis "passer ses journées dehors [...] chez lui Palm Springs", rapporte Christophe Lameignère. Un souvenir désormais bien loin.

Inscrivez-vous la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Nous vous recommandons