Mort de Kobe Bryant : une journaliste suspendue pour avoir retweeté son affaire de viol

Mort de Kobe Bryant : une journaliste suspendue pour avoir retweeté son affaire de viol

Closermag Le 2020-01-27  Source

Dimanche 26 janvier, Kobe Bryant et sa fille de 13 ans, Gianna, sont morts dans un accident d'hélicoptère à Los Angeles. Le duo se rendait à la Mamba Academy située à Thousand Oaks pour un entraînement de basket-ball. Sept autres personnes étaient également à bord de l'appareil (dont le pilote). Elles n'ont pas survécu.

Quelques minutes après l'annonce du tragique accident, ses fans et de nombreuses personnalités lui ont rendu des hommages bouleversants. Mais pas que... En effet, Felicia Sonmez, une journaliste du Washington Post a partagé sur Twitter un article évoquant l'affaire de viol dans laquelle a été impliqué le sportif en 2003. Le tweet a rapidement fait réagir les internautes et la jeune femme s'est empressée d'expliquer qu'elle avait partagé le papier "pour faire ouvrir les yeux".

"Aux 10 000 personnes (littéralement) qui ont commenté et m'ont envoyé des menaces de mort, s'il vous plaît, prenez un moment et lisez l'histoire qui a été écrite il y a plus de trois ans, et non par moi", a-t-elle ensuite écrit. Selon elle, "tout personnage public mérite d'être reconnu dans sa totalité, même s'il est aimé et que cette totalité est troublante". Elle a depuis supprimé ces messages. Aussi, elle aurait été suspendue par le Washington Post, comme le rapporte le Daily Mail.

L'hommage contrasté d'Evan Rachel Wood à Kobe Bryant

Felicia Sonmez n'est pas la seule à avoir relaté cette affaire quelques heures après la mort de Kobe Bryant. "Ce qui s'est passé est tragique. J'ai le c...ur brisé pour la famille de Kobe. Il était un héros sportif. Il était aussi un violeur. Et toutes ces vérités peuvent exister simultanément", a écrit l'actrice Evan Rachel Wood sur Twitter.

Il y a 16 ans, une jeune femme de 19 ans a accusé la star des Lakers d'agression sexuelle. Mais l'affaire a rapidement été classée sans suite : Kobe Bryant, qui a longtemps nié les faits, a évoqué "une relation consentante" et la victime présumée ne souhaitait pas témoigner à la barre. Après lui avoir présenté ses excuses, il lui aurait versé plus de deux millions de dollars de dommages et intérêts.

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

Nous vous recommandons