Paris Jackson révèle avoir tenté de mettre fin ses jours "plusieurs reprises"

PEOPLE - Un passé douloureux. Dans le cadre d'un documentaire Facebook réalisé avec son petit ami, Paris Jackson, fille du roi de la pop Michael Jackson, est revenue sur la période compliquée qu'elle a vécu après le décès de son père en 2009.

Le mannequin de 22 ans a expliqué en détail comment son estime de soi l'a conduit faire de multiples tentatives de suicide. Alors qu'elle vivait une adolescence difficile, la fille de la star américaine s'est automutilée.

"J'ai été la seule fille entre quatre garçons pendant les 10 ou 11 premières années de ma vie. Comme j'étais la seule fille, mon père adorait me déguiser. Je ressemblais une poupée de porcelaine et je détestais ça", a-t-elle déclaré.

À l'époque, Paris vivait chez sa grand-mère, Katherine Jackson. Un jour, son cousin lui rend visite. Remarquant l'addiction du mannequin la nourriture, il la traite de "grosse "La nourriture est devenue une addiction, et quand un cousin m'a traitée de grosse, c'était la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Et je suis tombée dans l'automutilation", a-t-elle raconté.

La star était constamment la recherche d'une manière de libérer la dopamine, une substance chimique qui sert de neurotransmetteur dans le cerveau. "Des choses comme la nourriture, le sexe, les drogues, la musique et l'entraînement, il y a beaucoup de choses qui provoquent une libération de dopamine", a-t-elle expliqué.

Ses tentatives de libérer la dopamine auraient pu lui coûter la vie... car Jackson a essayé de se suicider plusieurs reprises.

"Il y a beaucoup de choses qui provoquent une libération de dopamine. L'automutilation et les tatouages en sont des exemples. J'ai donc pu détourner la douleur émotionnelle en la transformant en douleur physique. C'était une forme de contrôle dont j'avais beaucoup besoin", a-t-elle révélé.

La star avoue également avoir tenté de se couper et de se brûler, mais, chaque fois, elle parvenait contrôler le rasoir.

À voir également surLe HuffPost:Mort de George...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



Nous vous recommandons