Patrick Sébastien : pourquoi il avait dissous son mouvement politique

Patrick Sébastien : pourquoi il avait dissous son mouvement politique

Closermag Le 2020-05-28  Source

Le D.A.R.D ou Droit Au Respect et à la Dignité, mouvement politique lancé par Patrick Sébastien le 24 mars 2010 n'avait vécu que 3 petit mois, s'auto-dissolvant le 17 juin de la même année. Presque dix ans avant les gilets jaunes qui ressemblent étrangement à que Patrick Sébastien nommait son "mouvement humaniste et citoyen", le D.A.R.D se voulait non pas un parti politique mais plus une plateforme participative où les internautes pouvaient laisser leurs propositions politiques et soutenir celles des autres.

Ces propositions politiques auraient ensuite été synthétisées et présentées aux candidats du second tour à la présidentielle de 2012.

Si l'un des deux candidats s'était déclaré prêt à adopter toutes les propositions faites par le D.A.R.D, les membres de celui-ci se seraient engagés en retour à voter en bloc pour lui. Las, Patrick Sébastien s'est vite fait dépasser par ce qui fait la peste d'Internet, les trolls et les haters qui se sont employés de leur mieux à infiltrer la plateforme participative, avec succès donc. Patrick Sébastien avait déclaré à l'époque : "Je n'imaginais pas à quel point Internet était une poubelle".

Un mouvement étrangement proche idéologiquement des gilets jaunes

Un constat d'échec pour l'animateur télé qui avait créé son mouvement car il souhaitait une plus grande moralisation de la vie politique notamment et estimait que "la société se délite parce que le respect et la dignité sont bafoués. Le but est de remettre l'être humain au centre des décisions politiques. Le D.A.R.D., ce n'est pas la lutte des classes. Ce n'est pas "salauds de riches" ou "donnez de l'argent aux pauvres".C'est une considération plus générale: il y a beaucoup de gens qui pensent qu'on agit sans leur demander leur avis, qu'ils n'existent pas."

Patrick Sébastien avait aussi déclaré dans une vidéo publiée sur le site du mouvement juste avant sa fermeture : "Je ne m'attendais pas à en prendre plein la gueule par les gens que je voulais aider".

Inscrivez-vous à la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Nous vous recommandons