Polémique H&M : Après The Weeknd, deux autres stars arrêtent de collaborer avec la marque suédoise !

Polémique H&M : Après The Weeknd, deux autres stars arrêtent de collaborer avec la marque suédoise !

Rewmi Le 2018-01-11  Source

La polémique du sweat «Singe le plus cool de la jungle» fait très mal à la marque de vêtements H&M. Après le chanteur The Weeknd, l'acteur Jesse Williams et le rappeur G-Eazy ont annoncé ne plus vouloir collaborer avec la griffe suédoise.

Le chanteur The Weeknd avait fait part de son intention de ne plus collaborer avec la marque. «Je me suis levé ce matin choqué et embarrassé par cette photographie. Je suis profondément offensé et je ne travaillerais plus avec H&M à l'avenir», a-t-il écrit sur Twitter. Après avoir collaboré pour une campagne publicitaire de Noël en compagnie de Nicki Minaj, Jesse Williams a décidé de lui emboîter le pas.

«L'année dernière, j'ai choisi de faire une campagne de Noël avec H&M, spécifiquement parce qu'elle se focalisait sur des femmes et des filles, sur une fille noire intelligente aux cheveux naturels en personnage principal, parce qu'une famille noire moyenne, aimante et créative y figurait. Et puis, les voilà avec cette connerié«, a écrit l'acteur sur Instagram.»Mettez fin aux relations avec ceux qui abusent de vous. Créez de la place pour vous-même. #AchetezNoir#AchetezResponsable«.

Le rappeur G-Eazy devait sortir une collection de vêtements avec la griffe suédoise, baptisée G-EAZY x H&M et prévue pour le 1er mars.

«Après avoir vu la troublante image hier, mon enthousiasme pour notre campagne mondiale a rapidement disparu, et j'ai décidé pour l'heure de mettre un terme à notre partenariat. Qu'il s'agisse d'un oubli inconscient ou non, il est vraiment triste et perturbant que quelque chose d'aussi insensible d'un point de vue racial et culturel soit vue par les yeux de tant (styliste, photographe, équipes créatives et marketing) et jugée acceptable (?) J'espère que cette situation servira de rappel à l'ordre à H&M et à d'autres entreprises qui doivent devenir attentives aux questions raciales et culturelles, ainsi que plus diverses à tous les niveaux.»

Le bad buzz est loin d'être finî

Nous vous recommandons