PPDA: cette lettre cachée par sa grand-mère envoyée des politiques

PPDA: cette lettre cachée par sa grand-mère envoyée des politiques

Telestar Le 2019-12-15  Source

Lorsqu'il avait dix huit ans, Patrick Poivre d'Arvor ne pensait sûrement pas qu'il rencontrerait tous les plus grands de ce monde en devenant journaliste. Mais il y a une personne pour qui cela ne faisait pas de doute : sa grand-mère. L'ancien présentateur du journal télévisé de TF1 a raconté dans son livre intitulé Secrets d'enfance que cette dernière n'avait pas hésité envoyer des courriers plusieurs hommes politiques. "Ma grand-mère maternelle, Marie Nore, d'origine paysanne, aimait, tout comme son mari, écrire aux grands hommes. C'était pour elle une marque d'attention et de respect. En 1965, l'année de mes dix-huit ans, elle décida sans m'en parler d'écrire Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand", écrit l'ancien mari de Claire Chazal.

Et le sujet de ces lettres n'avait rien d'anodin. "Elle souhaitait les entretenir d'un sujet important ses yeux : moi-même, son petit-fils ! Je n'en revenais pas. Aujourd'hui encore, impossible de repenser cet épisode sans sourire. J'ai retrouvé dans mes archives une copie de la lettre envoyée par ma grand-mère", raconte-t-il bien des années plus tard. Voil ce que disait de Patrick Poivre d'Arvor sa grand-mère : "Patrick n'est pas un scientifique de notre temps, il a donc un avenir assez borné. Il connaît l'allemand, l'anglais, le russe, le polonais et le serbo croate. Il a énormément lu et je crois que peu d'auteurs lui sont inconnus. Vous allez peut-être me trouver un peu osée de m'adresser ainsi vous, mais il me semble que c'est un devoir pour notre pays que d'aider la sauvegarde de certains cerveaux aptes prendre un jour la relève et je sais que vous me comprendrez."

Une très belle lettre restée sans réponse

Malheureusement, cette tendre description n'a pas su convaincre Valéry Giscard d'Estaing et François Mitterrand. Ni l'un ni l'autre n'a répondu. Mais, "des années plus tard, je les ais rencontré", écrit Patrick Poivre d'Arvor dans son livre. Et la (...)

Nous vous recommandons