Prince Andrew : ce petit plaisir qu'il s'accordait tous les jours lorsqu'il séjournait chez Jeffrey Epstein

Prince Andrew : ce petit plaisir qu'il s'accordait tous les jours lorsqu'il séjournait chez Jeffrey Epstein

Closermag Le 2020-06-01  Source

Les témoignages des victimes se succèdent. Et leur histoire est toujours la même. Depuis quelques jours, la plateforme Netflix a mis en ligne son documentaire Jeffrey Epstein : Pouvoir, argent et perversion. Si l'on en apprend un peu plus sur le milliardaire accusé de pédophilie, d'agression, d'esclavage et de trafic sexuel, c'est notamment grâce aux nombreuses victimes présumées qui ont accepté de témoigner dans cette affaire, et de livrer leur version des faits. Et toutes racontent une histoire similaire, avec le même mode opératoire.

En effet, la plupart racontent avoir été recrutées dans un premier temps comme masseuses par le biais de d'autres jeunes filles au service du milliardaire, ou par Ghislaine Maxwell elle-même. Alors mineures, toutes y voyaient l'occasion de gagner 200 dollars, au départ simplement pour masser Jeffrey Epstein, qui finissait par les agresser sexuellement. Mais peu peu, l'homme d'affaires a créé son réseau de "masseuses" qui l'occasion, étaient mises la disposition de ses amis comme... le prince Andrew.

Le prince Andrew avait sa propre chambre dans la "maison du péché" d'Epstein

En effet, le duc d'York, dont l'amitié avec le milliardaire qui s'est suicidé en prison en 2019 n'est plus un secret, était un habitué de la "maison du péché" située Palm Beach, en Floride. Une demeure tristement célèbre pour les nombreux abus qui y ont été commis sur des jeunes femmes mineures, où le prince Andrew avait l'habitude de séjourner dans les années 2000, et prenait ses quartiers dans la "chambre bleue", réservée aux invités d'Epstein. Et selon Juan Alessi, le fils d'Elizabeth II avait droit un petit plaisir lors de ses visites : des "massages quotidiens", rapporte The Mirror.

En effet, l'ancien majordome de 70 ans explique avoir souvent installé et préparé des tables de massage pour le duc, sans toutefois savoir quels comportements il adoptait avec les jeunes femmes qui étaient appelées pour le masser. "Il devrait parler au FBI. Mais peut-être qu'il a quelque chose cacher, je ne sais pas. Je ne sais pas ce qui s'est passé au-del de cela", a ainsi précisé Juan Alessi The Mirror, en ajoutant qu'il l'avait croisé par deux fois chez son employeur, et que pour lui, il avait "tout du parfait gentleman". Une attitude l'opposée de ce que sa victime présumée, Virginia Giuffre, qui l'accuse d'agression sexuelle lorsqu'elle était âgée de 17 ans, tandis qu'elle-même était sous l'emprise de Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell.

Inscrivez-vous la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Nous vous recommandons