Roman Polanski accusé d'un viol commis en 1975 : qui est Valentine Monnier, sa victime présumée ?

"Sans J'accuse, je serais restée dans mon silence, comme je le fais depuis quarante-ans". Dans une tribune publiée par Le Parisienvendredi 8 novembre, Valentine Monnier accuse Roman Polanski de l'avoir violée en 1975. gée de 18 ans au moment des faits, la victime présumée explique avoir été dans "le déni" durant de nombreuses années, avant de finalement oser parler de ce qu'il lui est arrivé, après avoir ressenti le film J'accuse comme "une provocation" de la part du réalisateur. Pour elle, ce dernier "se pose en victime du même acharnement mensonger des tribunaux et des médias", comme le fut Jérôme Dreyfus, durant la célèbre affaire qui porte son nom.

Née Paris en 1956, Valentine Monnier a été mannequin New York où elle a posé devant l'objectif de nombreux photographes, et également pour la pochette du premier album du groupe CHIC. Actrice de quelques années où elle a collectionné les petites apparitions dans des films entre 1980 et et 1985 comme dans Le Bar du téléphone, ou Trois hommes et un couffin, elle décide après "une première vie" où elle a "regardé les autres [la] photographier" de se lancer également dans une carrière de photographe. Représentée par la Voz galerie, l'artiste a voyagé entre autres en République Centrafricaine et au Tchad.

"En 1975, j'ai été violée par Roman Polanski"

Mais les faits qu'elle relate dans sa tribune adressée au Parisien, se sont déroulés quelques années seulement avant ses "premières vies". En effet, c'est en 1975 tandis qu'elle se trouvait Gstaad en Suisse avec une amie une fois son bac en poche, que Valentine Monnier affirme avoir été violée par Roman Polanski, dans son chalet. Des faits désormais prescrits pour lesquels l'artiste n'a jamais porté plainte, et pour lesquels elle a par ailleurs averti Brigitte Macron. De son côté, le réalisateur a "fermement contesté toute accusation de viol".

"En 1975, j'ai été violée par Roman Polanski. Je n'avais aucun lien avec lui, ni personnel ni professionnel, et le connaissais peine. (...) Ce fut d'une extrême violence, après une descente de ski, dans son chalet, Gstaad [Suisse]. Il me frappa, me roua de coups jusqu' ma reddition puis me viola en me faisant subir toutes les vicissitudes. Je venais d'avoir 18 ans et ma première relation seulement quelques mois auparavant. Je crus mourir", se souvient-elle dans son "cri". Si elle ne souhaite désormais plus parler de cette affaire, Valentine Monnier a cependant reçu le soutien d'Adèle Haenel, qui a révélé quelques jours plus tôt avoir subi des attouchements sexuels de la part du réalisateur Christophe Ruggia lorsqu'elle était mineure.

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

Nous vous recommandons