Sarah Suco a passé son enfance dans une secte: le récit glaçant de la réalisatrice

Sarah Suco a passé son enfance dans une secte: le récit glaçant de la réalisatrice

Voici Le 2019-11-12  Source

L'actrice Sarah Suco a réalisé son premier long-métrage, Les Eblouis. Pour ce film, elle s'est inspirée de son enfance passée dans une « communauté charismatique » aux dérives sectaires, laquelle ses parents appartiennent toujours.

Vue dans Joséphine s'arrondit, Guy ou encore Discount, l'actrice Sarah Suco est passée derrière la caméra pour réaliser son tout premier long-métrage. Les Eblouis, qui sortira en salles le 20 novembre, s'inspire largement de sa jeunesse dans une secte. Invitée ce 10 novembre dans Vivement dimanche prochain, elle a raconté comment ses parents ont été embrigadés dans une communauté religieuse du sud de la France. « Quand on pense aux sectes, les gens s'imaginent le Temple solaire, des sectes avec des gens qui se suicident par centaines... Mais moi c'était dans une ville, c'était dans une église au coin de la rue comme il y en a partout, a-t-elle expliqué Michel Drucker. Ce sont des communautés charismatiques qui sont implantées partout en France. Il y en a beaucoup et celle dans laquelle j'ai grandi existe toujours. » Sarah Suco avait huit ans lorsqu'elle a dû intégrer cette paroisse avec sa famille. Elle y est restée dix ans.

La fuite de Sarah Suco 18 ans

Si elle n'a pas souhaité évoquer en détails les m...urs de la secte, la réalisatrice les montre dans son film. On y trouve notamment, comme elle l'indique dans le dossier de presse, des « scènes de bêlements ou d'exorcisme » plutôt dérangeantes : « Tout ce que je montre dans mon film a existé et de manière encore plus violente », assure-t-elle. La communauté filtrait également une partie du monde extérieur : Sarah Suco n'a par exemple découvert qui était Michael Jackson que lorsqu'elle s'est enfuie. « Ce qui est très compliqué quand on sort, c'est qu'on ne sait pas qu'on est dans une secte. Moi, j'ai dit le mot "secte", j'avais 30 ans, a-t-elle raconté dans Vivement dimanche prochain. Je me suis enfuie la nuit de mes 18 ans parce que je ne pouvais plus rester. » Ses parents, en revanche, n'en sont pas sortis. Les larmes aux yeux, la réalisatrice a confié que cela était encore douloureux : « Je n'ai plus de rapports avec eux, je ne les vois plus. » Ses frères et s...urs, en revanche, ont fini par quitter eux aussi la secte et l'ont remerciée pour son film.

Nous vous recommandons