Tal balance sur son ancienne productrice, une "grande manipulatrice" : "Elle m'a retourné le cerveau et j'ai cédé"

Tal sort du silence. Actuellement en confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus, la chanteuse qui s'est réfugiée en Alsace où elle s'adonne la musique et la peinture, a décidé de longuement se confier ses fans mardi 24 mars lors d'un live sur Instagram. Un moment d'une heure où elle a parlé de "son histoire", et a notamment fait des révélations sur le début de sa carrière. Et notamment de s'en prendre sa première productrice, dont elle n'a pas révélé le nom, qu'elle qualifie de "très grande manipulatrice".

A l'époque où elle est repérée, Tal a 19 ans, et elle chante dans les bars pour aider sa maman célibataire payer les factures. Si elle est déj passionnée par la musique, la jeune femme d'origine israélienne n'a pas pour projet de faire carrière dans la chanson. Pourtant, sa productrice fera tout pour la pousser vers le succès. "Elle m'a retourné le cerveau et j'ai cédé. Je m'en rappelle comme si c'était hier : la première fois que je chante en français dans le studio, j'avais une boule dans la gorge. [...] Je me suis forcée", explique-t-elle ainsi pendant son live Instagram, relayé par Télé Loisirs.

Tal : "J'étais bloquée et il n'y avait pas d'issue"

Si le succès est rapidement au rendez-vous pour Tal qui se fait connaître en 2012 avec le titre Le sens de la vie, la jeune chanteuse essaye toutefois de se dégager de l'emprise de sa productrice. "J'ai plusieurs fois voulu arrêter avec elle, mais je n'avais pas assez d'argent pour payer un avocat", confie la chanteuse, qui reconnait s'être laissée manipulée car "jeune" et "influençable". "J'étais bloquée et il n'y avait pas d'issue", ajoute-t-elle, précisant qu'elle a fait "ce qu'on [lui a] dit de faire". "Je ne me suis jamais écoutée. Oui, il y a eu le succès, les Zéniths, c'était un truc de ouf", admet la chanteuse qui a fait une longue pause sur les réseaux sociaux avant de revenir en septembre dernier.

Un bonheur pour Tal qui se ternie cependant la sortie de son quatrième album, Juste un rêve sorti en 2018, qui sera "vraiment un désastre" car loin d'être "sa vibe" : "J'étais complètement perdue, je ne m'écoutais toujours pas. Je me mentais moi-même. Encore une fois, je me disais que j'avais des fans en France, une carrière en France et que je devais faire des chansons en français sinon ils n'allaient pas comprendre et j'allais tout perdre". Soulagée de pouvoir se confier ainsi ses fans, Tal précise qu'aujourd'hui elle ne se ment plus elle-même. Et a même mis fin sa collaboration avec sa maison de disques et son directeur artistique qui ne partagent pas "la même vision", "les mêmes valeurs" ni "la même façon de travailler" que la chanteuse. Qui travaille actuellement sur son nouvel EP.

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

Nous vous recommandons