TEMOIGNAGE. Janine Bonaggiunta : "Une femme qui a subi des violences est une victime avant d'être une criminelle"

TEMOIGNAGE. Janine Bonaggiunta : "Une femme qui a subi des violences est une victime avant d'être une criminelle"

Telestar Le 2020-09-30  Source

Dans le documentaire, Valérie Bacot raconte tout de son passage à l'acte. Cela ne va-t-il pas lui porter préjudice pour son procès ?

Janine Bonaggiunta : Non, je ne le pense pas. S'il y a eu passage à l'acte, c'est parce que Valérie a subi des violences conjugales, tant physiques que psychologiques durant son mariage, mais surtout depuis son enfance, de la part de ce beau-père devenu par la suite son époux. Ce qu'il faut démontrer à la cour d'assises, c'est que ce n'est pas par hasard si elle est passée à l'acte.

Est-ce une nouvelle affaire Jacqueline Sauvage ?

Non, chaque dossier est singulièrement différent. Dès l'âge de 12 ans, Valérie a été manipulée et violée par cet homme. Cette emprise a commencé très tôt dans sa vie et elle n'a rien connu d'autre. Elle préférait que la colère et les coups soient dirigés vers elle et non vers ses enfants. Il avait fait régner la même terreur dans chacune de ses relations précédentes. Le combat que je mène depuis des années est le même : accompagner et défendre chaque victime de violences conjugales en mettant en lumière sa vie, son histoire et ses souffrances.

Qu'est-ce qui fait qu'une femme porte plainte et qu'une autre tue son mari ?

C'est plus compliqué que ça. Celle qui porte plainte a eu un déclic. Elle n'est pas isolée et, un jour, elle est aidée par un collègue, un ami ou sa famille et sa parole se libère alors. À l'inverse, la victime, souvent isolée, qui passe à l'acte, a le sentiment qu'elle n'a pas d'autre échappatoire pour survivre. Elle est dans un état d'impuissance face à une violence devenue indescriptible. Dans les deux cas, le déclencheur peut aussi être la nécessité de sauver ses enfants.

Il semble qu'il doit y avoir des morts pour que les choses bougent, alors qu'il est déjà trop tard. Si ce ne sont «que» des coups, la justice ne fait pas grand-chose.

Malheureusement, l'inertie d'une partie du système judiciaire ainsi que le manque de moyens alloués par (...)

Nous vous recommandons