Tout le monde veut prendre sa place: Sandrine réagit son élimination après 142 victoires

Tout le monde veut prendre sa place: Sandrine réagit son élimination après 142 victoires

Voici Le 2020-03-28  Source

À la surprise générale, ce samedi 28 mars, Sandrine a été éliminée de Tout le monde veut prendre sa place après pas moins de 142 victoires. Actuellement en plein confinement, elle a réagi son éviction du fauteuil.

Devenue l'une des figures de l'émission et la quatrième plus grande championne, Sandrine a été éliminée de Tout le monde veut prendre sa place ce samedi 28 mars. La candidate s'est inclinée face Anne, sur une question sur le ballon rond (sujet qu'elle maîtrise plutôt bien pourtant), au bout d'un score historique de 142 victoires et une cagnotte impressionnante de 144 400 euros. Si aujourd'hui elle est en confinement comme des millions de Français, elle a répondu aux quelques questions de nos confrères de 20 minutes et réagi son élimination.

Comment Sandrine a-t-elle vécu son aventure ?

«C'est une impression douce-amère. D'un côté il faut encaisser la défaite et ce n'est pas agréable digérer, explique-t-elle, Mais d'un autre côté, il y a quand même un relâchement et une pression en moins, par rapport au fait de devoir garder le fauteuil, assumer le rôle de champion et être en représentation. Le fait de ne plus être cette place, je souffle.» Si elle est fière de son parcours, elle ne pensait vraiment pas arriver ce stade du jeu : «Quand j'ai dépassé les cinquante émissions, je n'y croyais pas ! Plus ça avance et mieux vaut ne pas trop réfléchir, car sinon on finit par se mettre la pression soi-même en regardant des statistiques, en comparant avec les précédents champions... Mais c'est aussi beaucoup de chance !»

Quand on devient championne de l'émission et qu'on accompagne les téléspectateurs tous les midis durant plusieurs mois, forcément on essuie des critiques. Elle dévoile les avoir surmontées notamment grâce aux conseils de Marie-Christine, la plus grande championne aux 195 victoires dans Tout de monde veut prendre sa place. «Elle a eu l'extrême gentillesse de me conseiller, de me dire que tout le monde était passé par l, que la misogynie était juste un symptôme, que même les champions homme en avaient pris pour leur grade...» Désormais libérée de ses fonctions, Sandrine peut profiter de la quarantaine pour passer du temps la maison avec ses enfants.

Nous vous recommandons