Une tête de souris retrouvée dans un biscuit Nutella

Une tête de souris retrouvée dans un biscuit Nutella

Closermag Le 2019-12-09  Source

C'est une bien mauvaise surprise qui est arrivée à Laura et son petit garçon de 2 ans,

Ayden

. Mercredi 4 décembre, à Huissignies en Belgique, alors que l'enfant grignotait son biscuit Nutella B-ready, la maman a été alerté par une odeur nauséabonde qui se dégageait de sa bouche. Ayden a failli alors avaler une tête de souris qui se trouvait sans doute dans son biscuit. Le bambin fait alors des grimaces et tentent, par de gros efforts, d'expulser ce qu'il a dans la bouche. Laura parvient alors a retiré la petite tête de l'animal ainsi que les dents.

"Surprise car c'est un grand gourmand, sa mamie lui a directement tendu un mouchoir pour qu'il recrache ce qui était censé être un morceau de biscuit. Une odeur s'apparentant à celle de la mort se dégageait de sa bouche. A l'intérieur du mouchoir se trouvait quelque chose de couleur noire. Ma belle-mère est devenue toute blanche après avoir compris qu'il s'agissait d'une tête de souris", témoigne sa maman, horrifiée et encore sous le choc, sur sa page Facebook.

"Cette souris était bien dans le biscuit"

Laure en est sûre : "Cette souris était bien dans le biscuit". La maman d'Ayden, est certaine que la tête de souris qu'elle a retrouvé dans la bouche de son fils de deux ans n'était pas dans la maison. Le biscuit de la marque Nutella avait été acheté dans les rayons d'une grande surface. La mère de famille est très remontée : "C'est une honte, pour ne pas dire un scandale! Avec toutes les normes sanitaires en vigueur et les contrôles, il est inadmissible que cela puisse se produire. Ce qui devait être à la base un plaisir pour lui de manger un biscuit au chocolat s'est transformé en un véritable cauchemar".

Laure a alors pris soin de contacter le pédiatre ainsi que son médecin traitant pour vérifier si un traitement médicamenteux devait être administré ou non à son enfant. Une chose est sûre, cette maman abasourdie ne compte pas en rester là et envisage de dénoncer les faits auprès de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) tout en alertant Test-Achat. "Je n'en veux pas à l'enseigne qui a commercialisé ce produit mais bien au fabricant", insiste-t-elle.

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

Nous vous recommandons