VIDEO Affaire conclue: Harold Hessel se fait tacler gratuitement par Sophie Davant

VIDEO Affaire conclue: Harold Hessel se fait tacler gratuitement par Sophie Davant

Voici Le 2020-02-20  Source

Ce jeudi 20 février dans Affaire conclue, le pauvre Harold Hessel a eu droit à une de ces petites remarques acides dont Sophie Davant a le secret. Le commissaire-priseur, qui était en train d'estimer un vieux téléphone, ne s'y attendait pas.

Personne n'est à l'abri d'un tacle de Sophie Davant dans Affaire conclue ! L'animatrice se montre parfois extrêmement piquante avec les personnes qui participent à son émission sur France 2, et ce peu importe leur statut. Il n'est pas rare de la voir titiller des vendeurs, voire carrément des acheteurs (comme Alain Laugier, qui a été très critiqué au moment de son départ). Et les commissaires-priseurs non plus ne sont pas immunisés : Enora Alix, l'experte pas assez fun au goût de Sophie Davant, en a déjà fait les frais... Et ce jeudi 20 février, c'est Harold Hessel qui a eu droit à sa petite pique. Pourtant très complice avec l'animatrice, le petit chouchou des téléspectateurs n'aura pas échappé à son sens de l'humour très mordant.

Le téléphone pleure

Ce jeudi, Sandra, 50 ans, avait fait le trajet depuis Bondy pour proposer « un objet qui sort de l'ordinaire » : un téléphone anti-déflagration extrait d'un bunker russe. Daté d'avant l'effondrement du bloc soviétique, probablement dans les années 70, il comportait une petite inscription. « On a une plaquette, je crois y reconnaître l'écriture russe. Et d'ailleurs, juste avant de commencer l'émission, un complice russophone m'a permis de déchiffrer cette inscription », a commencé Harold Hessel. « Un "complice russophone", a répété Sophie Davant, moqueuse. Et alors, il y a marqué quoi ? » Décontenancé par le ton de l'animatrice, Harold Hessel a été pris d'un rire nerveux lorsqu'il a donné la traduction : « Il y a tout simplement indiqué : "Pour appeler le standard, appuyez sur le levier." » D'un ton pincé, Sophie Davant a alors soupiré, très ironiquement : « C'est très très drôle... » Un tacle sorti de nulle part dont Harold se serait bien passé.

Nous vous recommandons