VIDEO Didier Raoult: ses propos très troublants datant de 2015 sur une pandémie partie de Chine

VIDEO Didier Raoult: ses propos très troublants datant de 2015 sur une pandémie partie de Chine

Voici Le 2020-04-01  Source

Cela fait désormais plusieurs semaines que le monde est à l'arrêt. Face à cet ennemi invisible nommé Covid-19, le nom d'un chercheur est sur toutes les lèvres : Didier Raoult. Celui qui préconise l'utilisation de la chloroquine avait tout prédit dans une interview... en 2015.

Depuis le début de la pandémie du Covid-19, nombreuses sont les interrogations et craintes concernant ce virus. D'un point de vue médical, un chercheur français a été particulièrement mis en avant pour ses recherches : le professeur Raoult. Ce dernier recommande vivement l'utilisation de la chloroquine pour traiter les patients atteints de la maladie. Certaines personnalités ont tenu à le féliciter pour cette prise de position. Jean-Marie Bigard a ouvertement salué le médecin, tout comme Laeticia Hallyday qui lui a adressé un message de soutien. Même le Président de la République Emmanuel Macron l'a contacté pour échanger de vive voix avec lui. Mais, comme à l'accoutumée, il n'est pas de proposition sans détracteurs. On peut notamment compter sur Daniel Cohn-Bendit pour occuper ce rôle avec véhémence. Quoi qu'il en soit, ce traitement est aujourd'hui la seule réponse connue à la plus grande crise sanitaire du XXIè siècle. La chaîne de télévision C8 lui a d'ailleurs consacré un reportage intitulé Didier Raoult et la chloroquine peuvent-ils sauver le monde ? qui a été diffusé ce mardi 31 mars. On y apprend notamment que le chercheur avait tout prédit dès 2015.

« Des épidémies qui circulent et qui atteignent des centaines de milliers de personnes »

C'est au micro de Jean-Marc Morandini que Didier Raoult a eu une vision prémonitoire de la dramatique situation que l'on connaît aujourd'hui. Invité sur Europe 1 il avait répondu à l'animateur qui le questionnait sur la peur de nouvelles épidémies : « Il y a des épidémies qui circulent et qui atteignent des centaines de milliers de personnes. Mais comme les noms vous sont communs, vous vous en fichez. Tandis que si on vous donne un nouveau nom de quelque chose qui aurait tué des centaines de personnes en Chine, d'un coup, ça prend une émotion terrible, l'OMS s'en mêle, les gouvernements... Et tout le monde s'excite parce que c'est de la nouveauté ». Ces propos, datant de 2015, résonnent malheureusement d'une autre manière aujourd'hui, dans le contexte sanitaire mondial que l'on connaît.

Nous vous recommandons