VIDEO. Le témoignage bouleversant de Camille Beaurain, veuve à 24 ans après le suicide de son mari agriculteur

VIDEO. Le témoignage bouleversant de Camille Beaurain, veuve à 24 ans après le suicide de son mari agriculteur

Closermag Il y'a 3 semaines  Source

Elle a affronté l'insurmontable : la mort de son mari, 31 ans, qui a mis fin à ses jours en raison des dettes astronomiques qui s'accumulaient. Sa veuve, âgée de seulement 24 ans, était l'invitée de Laurent Ruquier dans On n'est pas couché ce samedi 16 novembre. Venue faire la promotion du livre* dans lequel elle relate l'enfer que son mari et elle ont vécu pendant des années à l'exploitation agricole, Camille Beaurain a livré un témoignage bouleversant, qui a ému le million de fidèles d'On n'est pas couché ainsi que les chroniqueurs Valérie Trierweiler et Philippe Geluck.

Camille Beaurain révèle que son mari et elle ont longtemps vécu avec seulement trois cents euros par mois, à deux, alors même que "le salaire minimum d'un agriculteur est de 350 euros par mois". Une situation qu'elle compare à une "non assistance à personne en danger", et à laquelle "le système" a tenté de mettre fin en offrant au couple des "tickets alimentaire" : "C'est quand même un comble (...) On nous laisse nourrir toute la France alors que nous n'arrivons même pas à nous nourrir" déplore la veuve.

Un suicide sur l'exploitation est "un accident de travail"

L'invitée a également rappelé qu'un suicide d'agriculteur effectué sur son lieu de travail n'est pas considéré comme tel mais comme un accident de travail. Pour qu'un suicide d'agriculteur soit comptabilisé en ces termes, il faut que l'acte soit réalisé à son domicile. Une situation ubuesque, que Camille Beaurain, approuvée par Laurent Ruquier et ses deux complices du soir, souhaite voir changer dans les années à venir. Statistiques à l'appui, la jeune femme a tenu à rappeler que les suicides d'agriculteurs ont bondi ces dernières années, en passant d'un tous les deux jours à un par jour.

En conclusion, Camille Beaurain a expliqué que "les agriculteurs, les forces de l'ordre, le corps médical et les enseignants" incarnaient les classes professionnelles "les plus touchées par le suicide" : "Comment leur en vouloir alors qu'ils ne cherchent que la solution pour ne plus souffrir ? (...) On est laissé à l'abandon. Les Français je ne pense pas qu'ils réagissent spécialement à ce qu'on subit au quotidien (...) Aujourd'hui oui l'agriculteur ne se sent pas aimé alors qu'on en a besoin. Alors montrez-vous que vous nous aimez" a-t-elle déclaré.

*Tu m'as laissée en vie, aux éditions du Cherche-Midi

Ne ratez aucun article de Closermag.fr en recevant directement une alerte via Messenger

Nous vous recommandons