VIDEO Les Z'amours: un candidat embarrasse sa femme avec une anecdote sexy

Certaines personnes ont la mémoire sélective. Afin de prouver à Bruno Guillon qu'elle était « imprévisible », Amélie a raconté une histoire plutôt sage. Mais son compagnon Clément en avait une autre à dévoiler, bien plus gênante.

Il ne se passe pas un jour sans que les candidats des Z'amours viennent raconter des anecdotes, parfois très coquines, à Bruno Guillon. Et cela donne lieu à des grands moments de gêne lorsqu'un des membres du couple ne s'attendait absolument pas à certaines révélations. Surpris par des informations un peu trop croustillantes à leur goût, ils s'enfoncent dans le canapé de honte. Ce vendredi 8 novembre, c'est un de ces moments de malaise qu'ont offert aux téléspectateurs Clément et Amélie. Bruno Guillon a d'abord demandé à la jeune femme ce qu'il y avait de plus original dans sa personnalité. Elle a répondu qu'elle était « imprévisible » et a donné un exemple. Plus jeune, elle a eu un geste inconsidéré : « Il y avait un ruisseau et au lieu de faire le tour, j'ai dit "Allez hop, je coupe !" et je l'ai traversé à pied ! » Mais Clément a raconté une autre histoire...

Une amusante histoire de fesses dans Les Z'amours

Le candidat a d'abord confirmé qu'Amélie était imprévisible : « Ce qu'elle a d'original, vraiment, c'est qu'elle est assez sobre de nature mais qu'elle est capable d'un seul coup d'avoir un petit pète au casque, a-t-il expliqué. Et de faire la pire bêtise du monde, ou d'être capable de tout. Un exemple : elle est capable de montrer ses fesses dans la rue d'un seul coup, comme ça, sans prévenir ! » Sa compagne, qui ne s'attendait pas à une telle révélation, s'est caché le visage avec les mains. « Autant l'anecdote du ruisseau était un peu chiante, autant l'anecdote des fesses dans la rue, on aurait préféré, nous ! », s'est esclaffé Bruno Guillon. « Je n'ai pas retenu ça, a assuré Amélie. On était à un enterrement de vie de jeune fille, on a voulu délirer... » Pascal, la voix-off des Z'amours, avait envie qu'elle recommence : « Et sur un plateau de télé ? Parce que c'est chauffé, ici... » Mais la jeune femme a refusé : « Ah non, pas possible ! » Trop prévisible, sans doute.

Nous vous recommandons