VIDEO Milla Jasmine révèle son salaire ahurissant, les chroniqueurs de TPMP People se déchaînent

VIDEO Milla Jasmine révèle son salaire ahurissant, les chroniqueurs de TPMP People se déchaînent

Voici Le 2019-11-15  Source

L'influenceuse Milla Jasmine, 2,2 millions de followers sur Instagram, était sur le plateau de TPMP ce vendredi 15 novembre. Si les chroniqueurs sont tous d'accord sur le fait que c'est un vrai métier, l'annonce de son salaire mirobolant a déchaîné les passions sur le plateau.

Ce vendredi 15 novembre, les chroniqueurs de TPMP ont accueilli sur leur plateau l'influenceuse Milla Jasmine, qui n'a pas moins de 2,2 millions de followers au compteur sur son compte Instagram. De quoi être bien rémunérée par les marques avec qui elle collabore : entre 5 000 et 20 000 euros par post. « C'est un métier : aujourd'hui, le monde a évolué et ce sont ces gens-l qui font vendre de la pub », explique d'entrée de jeu Matthieu Demorleau.

« Qu'est ce qui fait ton succès ? », lui demande alors le présentateur. « Est-ce qu'il y a un secret ? Je ne sais pas. Il faut être constant sur les réseaux sociaux, et faut accepter de donner son public. Je suis issue de téléréalité, c'est un autre concept, j'ai une chaîne YouTube, j'ai accepté de montrer toute ma vie sur les réseaux sociaux, explique la jeune femme. Je ne pense pas que j'aurais eu tant de succès si je n'avais pas fait de téléréalité. Mais ça ne fait pas tout, ça donne de la visibilité, de la lumière, mais il faut s'en servir. J'ai créé des marques, j'ai fait des collaborations, j'avais une émission moi... »

20 000 50 000 euros par mois

Mais alors, combien on gagne lorsqu'on est influenceuse ? ...a dépend le nombre de postes. « Entre 20 000 et 50 000 euros par mois », annonce Milla Jasmine sans détour. De quoi déchaîner les passions sur le plateau. Tous les chroniqueurs parlent en même temps. La candidate des Marseillais VS le reste du monde doit hausser la voix pour se faire entendre : « Mais on parle de chiffre d'affaire d'une entreprise ». C'est--dire que la jeune femme ne touche pas tout : elle doit reverser une partie l'Etat. « Ce n'est pas ce que je mets dans ma poche tous les mois. Mais effectivement, je gagne bien mieux aujourd'hui que lorsque j'étais danseuse », avoue-t-elle. De quoi laisser les chroniqueurs ahuri...

Nous vous recommandons