VIDEO Renaud: la terrible expression de Yann Moix pour décrire la voix du chanteur

VIDEO Renaud: la terrible expression de Yann Moix pour décrire la voix du chanteur

Voici Le 2019-12-08  Source

Chroniqueur de l'émission De quoi j'me mêle, Yann Moix a donné son avis sur le dernier album de Renaud. Pour lui, le chanteur aurait dû trafiquer sa voix ou alors chanter des textes beaucoup plus sombres.

Yann Moix dans un talk-show le samedi soir ? Non l'écrivain et polémiste n'est pas de retour dans On n'est pas couché mais est l'affiche de la nouvelle émission de C8, De quoi j'me mêle. Le format des deux programmes, très similaires, a apparemment inspiré le chroniqueur puisqu'il a repris le ton qu'il utilisait chez Laurent Ruquier dans l'émission présentée par Eric Naulleau. Samedi 7 décembre, Yann Moix a parlé du dernier album de Renaud, Les mômes et les enfants d'abord. Un opus qui, s'il permet d'admirer encore une fois la magnifique plume du chanteur de Mistral Gagnant, a laissé l'écrivain sur sa faim.

Yann Moix donne son avis sur la voix de Renaud

Conquis par les textes, Yann Moix ne l'a pas été par la voix de Renaud, qui n'a pas été retouchée en studio. Un parti pris lors de la production de l'album qui montre le timbre de l'artiste, abîmé par des années d'alcoolisme. Pour le chroniqueur de De quoi j'me mêle, le papa de Lolita Séchan est « un mélange de Gavroche et de Brassens ». Et malheureusement, « Gavroche a vieilli ». Yann Moix a alors expliqué pourquoi il n'était pas fan de la voix du chanteur sur cet album : « Alors moi je vous dirais la chose suivante, d'accord pour cette voix-l mais pas sur ces textes-l ».

Nostalgique, Yann Moix aurait aimé retrouver le « Renaud de 1980 pour chanter ça ». Selon lui le chanteur aurait pu faire de sa voix rocailleuse une force « et chanter des textes, soit des poètes, Verlaine, soit des textes beaucoup plus dark. Mais ce qui ne marche pas, c'est la non-adéquation entre cette voix et ce registre littéraire ». Pour conclure, Yann Moix a utilisé une expression très osée, qui a fait bondir les autres chroniqueurs, dont Enora Malagré : « Il fallait soit trafiquer la voix pour chanter ça, soit garder la voix brut pour chanter la noirceur de l'alcool et la pénombre de la mort avançante ».

Nous vous recommandons